Les résidences pour seniors en plein boom : "on a tout !"

  • A
  • A
Les résidences pour seniors en plein boom : "on a tout !"
@ Robyn BECK / AFP
Partagez sur :

Il en existe plus de 300 aujourd'hui en France, et il devrait y en avoir près de 500 d'ici trois ans.

TÉMOIGNAGE EUROPE 1

Le salon des seniors se tient jusqu'à dimanche, porte de Versailles à Paris. L'occasion de découvrir toutes les dernières nouveautés pour bien vieillir, et notamment les résidences seniors, en plein boom. Des immeubles partagés parfois avec des jeunes ou des familles où les personnes âgées sont comme chez elles mais avec tout l'équipement nécessaire pour accompagner le vieillissement. Il en existe plus de 300 aujourd'hui en France, et  il devrait y avoir près de 500 d'ici trois ans. Europe 1 est allée visiter celle de "Cogedim club", a Sèvres, en banlieue parisienne.

"On a tout ! Il y a des supermarchés, le cinéma est à côté…" Musique tzigane en fond sonore, ses lithographies originales accrochées au mur, et son ordinateur portable sur le bureau, Yvette, 77 ans, se sent bien dans son deux pièces-terrasse. Elle ne regrette même pas sa maison du bord de mer en Espagne, qu'elle a quitté il y a un an : "on a tout ! Il y a des supermarchés, le cinéma est à côté… Moi, en Espagne, je n’avais pas grand-chose, à part la télévision…"

"Oui, je suis amoureuse…" Elle a également à proximité, son fils, les médecins nécessaire pour soigner son diabète, et dans l'appartement, un sol antidérapant dans la douche, une barre de maintien, un bip de secours à accrocher autour du coup, un restaurant collectif pour le midi et sur son étagère cette médaille : "j’ai un compagnon ici et il est champion de tennis sur table. Je l’ai rencontré ici, on sort, on va au cinéma, au théâtre, à l’opéra. Je n’y crois pas moi-même. Oui, je suis amoureuse…"

Un amoureux parti en vacances à la montagne pour la semaine. Car l'autonomie, c'est vraiment l'une des grandes différences avec une maison de retraite traditionnelle. Un appartement qu'Yvette paye tout de même  1.800 euros par mois, soit environ 20% de plus que la moyenne du quartier.