Hollande et la "lâcheté" des juges : "on a l'impression qu'on s'est moqué de nous", réagit Virginie Duval, la présidente de l'USM

  • A
  • A
Partagez sur :

Virginie Duval, présidente de l'Union Syndicale des Magistrats (USM) réagit sur Europe 1 aux propos tenus par François Hollande dans le livre "Un président ne devrait pas dire ça". 

INTERVIEW

"Une institution de lâcheté". Depuis mercredi, les magistrats ne décolèrent pas des propos tenus par François Hollande dans le livre Un président ne devrait pas dire ça... des journalistes du Monde Fabrice Lhomme et Gérard Davet. Au micro d'Europe 1, Virginie Duval, présidente de l'Union Syndicale des Magistrats (USM), évoque la déception des magistrats qui se sentent "humiliés et floués".

"On se sent floués". La présidente de l'USM, largement majoritaire parmi les magistrats et sans étiquette politique, qui a reçu la semaine dernière le chef de l'Etat lors du congrès du syndicat, parle d'un sentiment d'humiliation : "On se sent floués. Il est venu et avait évoqué la confiance qu'il avait en la justice". "On a l'impression qu'on s'est moqué de nous, et le terme est faible", réagit Virginie Duval qui ajoute "Ces mots mettent à mal tout ce qui est fait depuis cinq ans par ce gouvernement car les magistrats avaient le sentiment qu'on allait sur la bonne voie".

"Les magistrats sont blessés". "Jusqu'à présent, c'est vrai, il n'y avait pas eu d'interventions dans nos affaires ou de critiques à notre égard", explique Virginie Duval, réagissant aux propos du ministre de la Justice Jean-Jacques Urvoas qui prenait la défense de François Hollande ce jeudi matin à l'Assemblée nationale. Désormais, "on en est plus là", reconnaît la président de l'USM qui confie que les magistrats se sentent "blessés". La tentative du ministre ne semble donc pas tempérer la situation puisque deux hauts magistrat se sont également exprimés jeudi matin, pour condamner les propos du chef de l'Etat. 

"Personne ne veut de l'indépendance de la justice", déplore la magistrate qui demande des excuses au président : "C'est bien la moindre des choses car des excuses pourraient atténuer le malaise.