Les policiers de l'Essonne refusent d'être "infantilisés"

  • A
  • A
Les policiers de l'Essonne refusent d'être "infantilisés"
@ MAXPPP
Partagez sur :

Les policiers renâclent à s'engager au respect de dix-sept recommandations sur leur conduite pendant leur service.

Un policier doit être "irréprochable dans l'exercice de ses missions" y compris "au volant de son véhicule" et ce "en vue de favoriser (son) comportement en faveur des usagers" : la missive envoyée le 13 août par Jean-Claude Borel-Garin, le directeur départemental de la sécurité publique (DDSP) de l'Essonne, à ses troupes, ne passe pas.

Adapter sa vitesse, porter sa ceinture de sécurité et n'utiliser qu'à bon escient le fameux "deux tons" des véhicules : les dix-sept recommandations rédigées par le haut-fonctionnaire ont été éditées sous la forme d'un document plastifié individuel, que tous les policiers du département sont appelés à signer.

Branle-bas de combat chez les syndicalistes : Synergie, le second syndicat d'officiers, a dénoncé mercredi ce "document absolument lénifiant". Il s'agit, selon lui, d'une "infantilisation des policiers" de l'Essonne, "véritables professionnels qui n'ont pas attendu la venue d'un messie à la tête du département pour leur délivrer les dix commandements du code de la route".

Une "minorité de policiers" sont parfois responsables d'accidents en raison de leur comportement sur la route, et cette "minorité fait du tort" à la police, a rétorqué Jean-Claude Borel-Garin, mercredi soir.