Les Parisiens se mobilisent pour sauver leurs kiosques à journaux

  • A
  • A
Les Parisiens se mobilisent pour sauver leurs kiosques à journaux
La Ville de Paris veut remplacer les quelque 360 kiosques parisiens, dont le modèle haussmannien a été conçu par l'architecte Gabriel Davioud (1823-1881).@ CLEMENS BILAN / AFP
Partagez sur :

Une pétition en ligne a reçu plus de 10.000 signatures pour sauver les 360 kiosques à journaux conçus sur le modèle haussmannien.

Une pétition en ligne lancée pour sauver les célèbres kiosques à journaux haussmanniens de Paris, dont la mairie a annoncé le remplacement, fait réagir associations et spécialistes, et a obtenu plus de 10.000 signatures en quelques jours. "Ça prend de l'ampleur car nous sommes loin d'être les seuls à aimer le charme de Paris et à vouloir le conserver!", déclare Juliette L, une parisienne de 37 qui a lancé la pétition : Change.org/KiosquesJournauxParis

"Ça touche l'intégrité de la ville, à l'image de Paris et c'est un budget de plus de 50 millions d'euros : ce serait bien de laisser les Parisiens s'exprimer !" ajoute-t-elle, en précisant qu'on peut moderniser l'intérieur sans porter atteinte à l'aspect extérieur. "Paris est la ville du romantisme, nous imaginons mal un film avec ces nouveaux kiosques !"

Le Paris d'Haussmann.La Ville de Paris veut remplacer les quelque 360 kiosques parisiens, dont le modèle haussmannien a été conçu par l'architecte Gabriel Davioud (1823-1881), par un modèle "innovant" sans frise ni petit dôme sur le toit. Une décision qui fait réagir vivement les spécialistes de l'histoire de Paris et les défenseurs du patrimoine. "Il y a un paysage typique parisien, qui doit beaucoup à Haussmann et qui est l'un des fonds de commerce de Paris : c'est dommage de le démanteler", dit Michel Carmona, spécialiste reconnu du Paris haussmannien.

Pour lui, "les kiosques à journaux font partie du petit patrimoine qui donne son cachet à Paris et ce paysage a été conçu comme un tout à l'époque de Haussmann : bâtiments, chaussée, trottoirs, marronniers, bancs publics, fontaines et kiosques". "Paris a refait à l'identique ces kiosques il y a près de quarante ans parce qu'il fallait préserver le paysage urbain", explique-t-il. "Dire que c'est 'du plagiat' est absurde. C'est comme si on disait la même chose de Notre Dame de Paris parce que 80% de ses pierres ne sont plus d'origine. Les fontaines Wallace ou les colonnes Morris sont aussi des répliques".



Une "photocopieuse". Le projet est "puéril et contribue encore et toujours à banaliser Paris sans réelle justification fonctionnelle", dit le vice-président de la Société pour la protection des paysages et de l'esthétique de la France (SPPEF), Julien Lacaze. L'association SOS Paris estime, elle aussi, que les kiosques haussmanniens existants "sont en tout point supérieurs, par leur aspect traditionnel, aux constructions parfaitement banales qui nous sont aujourd'hui proposées". Le président du groupe UDI-MoDem au Conseil de Paris, Eric Azière, a comparé le nouveau modèle de kiosque à une "photocopieuse". Suite à un vœu déposé au Conseil de Paris par le groupe Les Républicains (LR), une commission d'élus doit maintenant se réunir pour revoir l'apparence des futurs kiosques à journaux.