Les parents de Yohan, tué par Coulibaly : "un moment infernal"

  • A
  • A
Les parents de Yohan, tué par Coulibaly : "un moment infernal"
@ AFP
Partagez sur :

Yael et Eric  Cohen, parents de la première victime de la prise d'otages de l'Hyper Cacher, témoigne un mois après le drame.

L'INFO. Yaël et Eric Cohen ont perdu leur fils Yoan, abattu par Amedy Coulibaly, il y a un mois, lors de la prise d’otage d’un supermarché Casher, porte de Vincennes. Ils étaient les invités d’Europe 1, samedi matin, pour exprimer "leur grande colère".

>> LIRE AUSSI - Les victimes juives enterrées à Jérusalem

"Je gardais quand même espoir mais..." "Ce qui me reste en mémoire, c’est le moment où m’on a dit qu’il y avait une prise d’otages, à 13h28. Sachant que mon fils travaillait là-bas, j’ai failli tomber dans les pommes… On est vite parti. Quand j’ai allumé ma bougie de Shabat là-bas, c’était la seule qui ne tenait pas. Je me suis dit que c’était bizarre. Et après il y a eu les quatre détonations. Je gardais quand même espoir mais je sentais qu’il s’était passé quelque chose…", a expliqué Yaël Cohen, qui se souvient de l’annonce de la mort de son fils, un peu plus tard, comme d’un "moment infernal. Eric était très en colère. Moi j’ai dit : ‘Dieu, je respecte ta volonté."

>> LIRE AUSSI - Hyper Cacher : il a vu "la mort dans le regard" de Coulibaly

"Un témoin m’a dit qu’il aurait pu se cacher". Eric Cohen assure qu’à ce moment, il n’a versé "aucune larme", mais a ressenti le besoin "d’extérioriser sa colère, en tapant partout ou en hurlant." Interrogé sur les circonstances du drame, sa mère raconte que "dès que le terroriste est rentré, Yohan, qui l’avait déjà vu 15 jours avant dans le magasin, lui aurait demandé ce qu’il faisait là. Il y avait un enfant, qu’il a voulu protéger et il est alors le premier à avoir reçu une balle."

Un comportement héroïque qui n’a pas surpris ses parents : "je sais de quoi il était capable. Mais il avait des choses cachées que moi-même n’imaginais pas. Un témoin m’a dit qu’il aurait pu se cacher, mais il ne l’a pas voulu."