Les obsèques divisent les Français

  • A
  • A
Les obsèques divisent les Français
Partagez sur :

A l'occasion de la Toussaint, des études révèlent que les Français plébiscitent à la fois des obsèques religieuses et civiles.

Une courte majorité de Français, 52%, souhaite une célébration religieuse lors de leurs obsèques, selon un sondage d'Opinionway publié samedi à l'occasion de la Toussaint par le Service catholique des funérailles.

Le SCF, crée en 2002 pour "réduire la dimension commerciale des pompes funèbres et accompagner toutes les étapes des funérailles", indique que cette courte majorité "reste remarquable au regard du niveau de la pratique religieuse en France." Le SCF, qui a commandé ce sondage, observe la transformation des pratiques et tente, via cette étude, d'alerter les consciences.

Car, les Français, confrontés à la mort d'un proche, ont de plus en plus recours aux cérémonies laïques et à leurs nouveaux rituels. Selon une récente enquête des pompes funèbres générales, numéro un français des services funéraires, si 75% des obsèques sont encore religieuses en 2009 et 25 % civiles, les cérémonies laïques accompagnent 47% des crémations en moyenne (64% en Ile-de-France) et 15% des inhumations (25% en Ile-de-France). "Les cérémonies laïques ont toujours existé mais aujourd'hui on ose s'affranchir des principes rattachés culturellement à la religion, on fait entrer du profane dans le religieux ou l'inverse", explique Jean Ruellan, directeur des relations publiques des pompes funèbres générales. De nombreux exemples attestent de cérémonies rythmées de vidéos, de musiques, de textes et même, de retransmissions par web-cam pour des personnes éloignées géographiquement. Les crémations rencontrent également un franc succès.

La Toussaint, célébrée le 1er novembre, est une fête catholique et un jour férié. Elle est traditionnellement consacrée au souvenir des morts. Du fait des dispersions familiales et des nouvelles pratiques, cette fête est en pleine mutation avec, notamment, un recul de la fréquentation des cimetières.