Les nouveaux billets difficiles à reproduire, le trafic de faux en baisse

  • A
  • A
Partagez sur :

C'est en France que sont écoulés 34% des faux billets d'Europe. Mais le nouveau billet de 20 euros, difficile à reproduire, est un coup dur porté aux faussaires.

La période estivale est la saison des dépenses, des achats en espèces sur les marchés, à la plage ou dans les lieux touristiques avec, en corollaire, le risque de se retrouver avec des faux billets entre le mains. Car il faut le savoir, la France est le pays où l'on trouve le plus de faux euros : on compte environ un faux billet sur trois d'écoulé dans notre pays (la France totalise exactement 34% des faux euros écoulés en Europe). Et pourtant, l'an dernier, et pour la première fois depuis trois ans, le nombre de faux billets saisis en France a reculé de 35% et en Europe il a reculé de 25%. Un net recul qui s'explique par deux facteurs.

Un réseau de faussaires démantelé à Naples. En juillet 2016, en Italie, pays leader dans la contrefaçon des euros, la police a démantelé, à Casavatore, près de Naples une officine qui fabriquait à elle seule près de la moitié des faux billets européens. Ce coup dur porté à la fausse monnaie est allé de pair avec la mise en circulation du nouveau billet de 20 euros de la série dite "Europe", bien plus sécurisé.  

Des signes de sécurité fiables. Cela a déstabilisé les faussaires, souligne le commissaire Fabien Lang, chef de l'office central pour la répression du faux monnayage : "Le nouveau billet de 20 euros possède des signes de sécurité qui sont beaucoup plus difficiles à reproduire. Les faussaires n'arrivent pas à reproduire la bande holographique qui intègre cette fenêtre portrait, très visible sur les billets authentiques. Donc on peut aisément détecter un faux avec un minimum d'observation."

Les grosses coupures peu contrefaites. Résultat, en France, il y a de moins en moins de faux billets de 20 euros saisis. On constate la même chose pour ceux de 50 euros alors que ces deux coupures sont les plus contrefaites (parmi les faux billets saisis, 45% sont des billets de 20 euros et 42% sont des billets de 50 euros). C'est la raison pour laquelle il faut rester vigilant sur ces billets, bien plus que sur les grosses coupures de 200 ou 500 euros, qui sont en réalité très peu reproduites par les faussaires.


1.600 personnes arrêtées en 2016. La fabrication de fausse monnaie est passible de trente ans de réclusion criminelle. En matière de faux monnayage, environ 1.600 personnes ont été arrêtées en 2016, dont une quarantaine mises en examen et écrouées. En moyenne, une trentaine de réseaux d’écoulement sont démantelés chaque année.