Les "No Border" manifestent dans le calme à Calais

  • A
  • A
Les "No Border" manifestent dans le calme à Calais
Partagez sur :

Entre 1.000 et 2.000 manifestants encadrés par la police ont dénoncé samedi à Calais la situation des migrants dans la région.

"Nous danserons sur vos cendres de rétention", "travailleurs ou immigrés, même patron, même combat", "l'immigration est une richesse pour la France, tout homme mérite le respect". Un millier de militants, selon la police, deux mille selon les organisateurs, ont brandi ces slogans lors d’une manifestation samedi à Calais, dans le Pas-de-Calais pour dénoncer le sort des migrants. Les militants qui réclament la liberté de circulation des personnes à travers les frontières ont dénoncé la "répression" contre les immigrés sans papiers.

Le cortège était composé essentiellement de jeunes militants altermondialistes de la mouvance "No Border" notamment venus de plusieurs pays, ainsi que de militants syndicaux de SUD et politiques du NPA et de la CNT.

Camion muni de lance à eau stationné à proximité du parcours, hélicoptère survolant la ville. Les autorités avaient prévu de gros moyens, mobilisant environ 2.000 policiers, gendarmes et CRS, pour empêcher des éléments radicaux de ternir la manifestation, qui s’est déroulée dans le calme jusqu'à la dislocation du cortège en milieu d'après-midi. Les militants ont réussi à faire passer leurs message pacifiste.

La députée européenne vert Hélène Flautre était indignée par un tel dispositif. Ecoutez-la au micro de Lionel Gougelot :


"Après la manifestation, comment l'Etat va-t-il justifier la présence de 2.000 policiers, de brigades à cheval et d'un hélicoptère au-dessus de Calais? La violence vient de l'Etat, c'est celle qui est faite aux migrants", a déclaré Meriem, une porte-parole de "No Border".

Venus de France, Belgique, Grande-Bretagne, Pays-Bas ou Allemagne, environ 500 militants "No Border" sont installés depuis le début de semaine sur un campement aux abords de Calais qui doit être levé lundi. Soixante dix d'entre eux ont été arrêtés entre mercredi et jeudi pour possession d'armes ou objets dangereux (machettes, boules de pétanque), blocage d'un centre de rétention administrative, ou manifestation non déclarée.

Les "No Border" sont un groupement associatif international (no border signifie sans frontière) qui s'est créé en 2000. Ce collectif autogéré compterait dans les 2 000 sympathisants en Europe. Ses cibles sont toujours en rapport avec l'immigration. Plusieurs camps du type de celui de Calais se sont dressés en Grande-Bretagne, en Italie, en Grèce, à Strasbourg (notamment lors du dernier sommet de l'OTAN).