Les nappes phréatiques plutôt bien rechargées

  • A
  • A
Les nappes phréatiques plutôt bien rechargées
Les situations les plus favorables concernent notamment les nappes du bassin Adour-Garonne et du bassin parisien.@ LOIC VENANCE / AFP
Partagez sur :

Les pluies du début d'année ont permis au niveau des nappes phréatiques de remonter après une année 2017 marquée par de faibles précipitations.

Seules 20% des nappes d'eau souterraine affichaient un niveau bas en ce début d'été, indique vendredi le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM), qui note cependant que la situation varie d'une région à l'autre. "À l'exception de quelques secteurs, les niveaux de nappes se situent globalement au-dessus des niveaux généralement observés" à cette période, grâce aux pluies qui se sont prolongées ce printemps, souligne le bilan au 1er juillet.

58% des nappes affichent un niveau haut. Les pluies des premiers mois de l'année ont compensé le déficit de la fin 2017, et les précipitations de mai et juin ont encore amélioré la situation. Plus de la moitié des nappes (58%) affichent un niveau modérément haut à très haut, et 20% un niveau modérément bas à très bas. La part restante (22%) se situe dans la moyenne.

Des niveaux qui restent bas dans le sud est. Pour autant, certaines régions sont moins bien loties, notamment la vallée du Rhône. Les niveaux se stabilisent au nord de Lyon et sont en hausse au sud mais beaucoup d'entre eux sont bas à cause d'un cumul de pluie faible sur 2017 et début 2018. Les aquifères des secteurs amont de la région PACA présentent aussi des niveaux modérément bas, ainsi que la nappe de la plaine d'Alsace au sud de Colmar. En revanche, les situations les plus favorables concernent notamment les nappes du bassin Adour-Garonne, une grande partie du bassin parisien, les aquifères karstiques des régions de Montpellier et de Nîmes, les nappes de Corse.

Globalement la tendance d'évolution traduit le passage progressif vers les plus basses eaux, avec cependant encore un quart (24%) des points orientés à la hausse, "ce qui est assez exceptionnel pour ce début de période estivale", souligne le BRGM.