Les évadés de Béziers arrêtés

  • A
  • A
Les évadés de Béziers arrêtés
Partagez sur :

INFO EUROPE 1 - Trois détenus avaient profité de portes laissées ouvertes pour s’enfuir en passant par les cuisines jeudi matin.

Les trois détenus de la maison d’arrêt de Béziers dans l’Hérault qui s'étaient évadés jeudi matin vers 8 heures ont été arrêtés peu avant midi, selon les informations révélées par Europe 1. Ces détenus sont âgés de 23 à 28 ans. Un seul est français, les deux autres sont originaires de Bosnie et du Monténégro. L’un de ces hommes doit comparaître aux assises pour une affaire de vol avec violence, selon les informations recueillies par Europe 1.

Les trois individus ont été pris en chasse sur l'A75 alors qu'ils circulaient à bord d'un véhicule volé. Ils ont ensuite tenté de s'échapper en prenant l'autoroute à contre-sens, en volant une autre voiture puis en s'enfuyant à pied. "L’hélicoptère qui était présent a fait écran en volant le plus bas possible de manière à gêner la progression des malfaiteurs qui ont pu être arrêtés", a raconté le lieutenant-colonel Abadi sur Europe 1.

Pour s'évader de la prison, les trois hommes avaient tout simplement profité de portes laissées ouvertes. Au lieu de se diriger vers les douches, ils s'étaient rendus en cuisine où ils avaient utilisé un monte-charge pour se glisser dans une lucarne qui aurait dû être fermée. Ils étaient ensuite arrivés dans la cour d'honneur de la prison où la caméra de surveillance était défectueuse. Ils avaient enfin pris la fuite en agressant une automobiliste pour s'emparer de son véhicule.

Un seul gardien était présent au moment des faits en cuisine. Selon le syndicat FO, il devait faire à la fois la réception des marchandises, distribuer le courrier aux détenus et assurer le service aux agents. Il sera entendu dans la semaine par l'administration pénitentiaire de Toulouse.

La maison d'arrêtde Béziers est située en centre-ville, à côté de la cathédrale Saint-Nazaire. Elle a été aménagée au XIXe siècle et héberge actuellement 106 détenus pour 48 places. Un nouveau centre pénitentiaire doit être ouvert en novembre dans la ville.