Les Etats-Unis enquêtent sur la pilule Alli

  • A
  • A
Les Etats-Unis enquêtent sur la pilule Alli
Partagez sur :

Alli, en vente libre en France, est présentée comme l’arme anti-obésité. Mais plusieurs cas de lésion du foie ont été recensés.

Prendre Alli pour maigrir est-il sans danger ? La question s’était déjà posée au moment du lancement de la pilule anti-obésité. Elle est relancée alors que les autorités sanitaires américaines, la Food and Drug Administration, ont décidé d’ouvrir une enquête sur une trentaine de cas suspects. Même si, dans l’immédiat, il n’y a pas de preuve formelle.

Au total, aux Etats-Unis entre 1999 et 2008, 32 patients ont indiqué avoir subi des lésions du foie alors qu’ils prenaient Alli, distribué par GlaxoSmithKline, ou son équivalent Xenical du laboratoire Roche Holding, qui comprend la même molécule mais doublement dosée. 27 d’entre eux ont été hospitalisés et six ont vu leur foie cesser complètement de fonctionner.

Derrière Alli, l’enjeu financier est colossal : cette pilule anti-obésité a représenté l’année dernière aux Etats-Unis un chiffre d’affaires de plus de 80 millions d’euros. Le groupe GlaxoSmithKline s’est lui défendu mardi, assurant avoir testé son produit sur 30.000 patients avant de le lancer. Principal argument des laboratoires pharmaceutiques : les personnes en surpoids ou obèses sont prédisposées aux problèmes de santé liés au foie.

Quel est le principe d’Alli ? La pilule, vendue sans ordonnance en France depuis mai dernier, ou sa forme sur ordonnance aux Etats-Unis Xenical empêche l’absorption dans l’intestin de toutes les matières grasses présentes dans l’alimentation. Elles sont donc directement éliminées par les selles. En théorie, le médicament n’est destiné qu’aux personnes en surpoids ou obèses mais la tentation est grande, notamment sans ordonnance, de le prendre comme aide au régime.