Les entreprises pas égales face à la Grippe A

  • A
  • A
Les entreprises pas égales face à la Grippe A
Partagez sur :

Les PME s’inquiètent de ne pas pouvoir se préparer suffisamment à l’épidémie.

Cellule de crise, aménagement du temps de travail, stockage de masques pour les salariés, les grandes entreprises se préparent à l'aggravation annoncée pour l'automne de l'épidémie de grippe A(H1N1). Les PME, elles, sont à la traîne.

Pour se prémunir, les grands groupes sont en train de passer des commandes de masques, à l'instar de la SNCF qui en a commandé 8 millions ou d'Arkema (chimie) qui prévoit que les 9.000 salariés français "puissent tenir deux semaines à raison de trois masques par personne et par jour". D’autres, comme Axa, ont ouvert des cellules de crise. L'assureur, présent dans plus de 50 pays, pourrait s’inspirer de ce qui a été fait dans sa filiale mexicaine (nettoyage très fréquent des locaux, fermeture de salles de réunion, etc...).

Du côté des PME, c’est l’inquiétude, voire la panique. "Les PME ne sont pas prêtes et ne sont pas bien informées", estime Jean-Eudes Du Mesnil de la Confédération générale des petites et moyennes entreprises (CGPME). "Que se passera-t-il si le dirigeant est absent pendant une longue période ou si l'unique fournisseur d'une entreprise tombe malade ?", s'interroge-t-il. Un sentiment partagé par les petits commerçants. "On lit dans les journaux qu'il faut se préparer, mais nous n'avons reçu aucune consigne. J'ai cinq salariés et suis en contact avec des centaines de clients chaque jour. Si un employé tombe malade, que faire ? Je ne sais même pas où acheter un masque", déplore Françoise Nierot, une boulangère parisienne.