Les dates qui feront l'actualité en 2017

  • A
  • A
Les dates qui feront l'actualité en 2017
Donald Trump sera officiellement investi président des Etats-Unis, le 20 janvier. @ JIM WATSON / AFP
Partagez sur :

Passation de pouvoir entre Obama et Trump, élections en France et en Allemagne, troisième procès AZF… Tour d'horizon des principaux rendez-vous de l'année 2017 en France et à l'étranger.

Exit 2016, bonjour 2017. De la première, qui s'achève dans quelques heures, on retiendra, entre autres, les attentats de Bruxelles et de Nice, l'onde de choc du Brexit et l'élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis. La seconde nous réserve quelques grands rendez-vous internationaux, comme le lancement du divorce entre le Royaume-Uni et l'Union Européenne, ou la 23ème conférence des Nations Unies sur les changements climatiques. En France, l'agenda sera très politique avec les élections présidentielle, législatives et sénatoriales.

Les grands rendez-vous internationaux de l'année 2017

1er Janvier :   À New-York, le nouveau secrétaire général de l'ONU, le Portugais Antonio Guterres, entre officiellement en fonction, succédant à Ban Ki-moon, resté en poste pendant dix ans. Réputé comme un homme d'action à la verve inépuisable, il a été adoubé par l'ensemble des membres du Conseil de sécurité, ce qui est extrêmement rare.

20 Janvier :  Après deux mandats, Barack Obama quitte la Maison-Blanche. L'homme le plus admiré aux Etats-Unis cède sa place à Donald Trump, élu 45ème président des Etats-Unis à l'automne 2016. 

3 Février : À La Valette, la capitale maltaise, les chefs d'Etat et de gouvernement européens se réunissent sans le Royaume-Uni pour évoquer l'après-Brexit. Ce sommet devrait être une "part intégrante du processus de réflexion" sur le divorce entre le Royaume-Uni et l'Union Européenne, selon un diplomate européen.         

27 Mars :  C'est une première : des négociations sur l'interdiction des armes nucléaires s'ouvrent à l'ONU. Tous les états membres sont invités à participer à cette conférence. En 2016, les Nations Unies ont resserré l'étau autour de la Corée du Nord sur ce sujet, renforçant les sanctions commerciales en réaction à des essais nucléaires.

Fin mars  : "Avant la fin du mois de mars". Telle est la date limite à laquelle la Première ministre britannique Theresa May a promis de déclencher l'article 50 du Traité de Lisbonne, procédure formelle qui lancera le divorce du Royaume-Uni d'avec l'Union européenne suite au référendum sur le Brexit.

19 mai : Qui succédera à Hassan Rohani ? Les Iraniens se rendent aux urnes pour choisir leur président et auront, à priori, le choix entre… Hassan Rohani, candidat à un deuxième mandat, et un adversaire conservateur, pas encore déclaré. L'ancien président Ahmadinejad a, lui, déclaré qu'il ne se présenterait pas.                                               

Septembre ou octobre : L'élection législative allemande, dont la date n'est pas encore fixée, sera "la plus difficile de toutes, à tout le moins depuis la réunification allemande", selon les mots d' Angela Merkel, candidate à un 4ème mandat. Au vu des sondages, c'est loin d'être gagné pour la Chancelière, battue lors de plusieurs scrutins locaux en 2016.                

13 septembre : Les Jeux Olympiques d'été 2024 se dérouleront-ils à Paris, à Budapest ou à Los Angeles ? Le Comité international olympique (CIO) vote et désigne sa favorite. La capitale française, dernière ville auditée du 13 au 17 mai 2017, est au coude-à-coude avec la Cité des anges.                                                

6 novembre : Les îles Fidji, directement concernées par le réchauffement climatique en tant qu'Etat insulaire, organisent la 23ème Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP23). Pour des raisons logistiques, l'événement se tient à Bonn, en Allemagne.                                                 

Les grands rendez-vous de l'année 2017 en France :

22 et 29 janvier :  Après François Fillon à droite, qui sera le candidat de la "Belle alliance populaire" à l'élection présidentielle ? Les deux tours de la primaire le détermineront, trois mois avant l'échéance. Manuel Valls, Vincent Peillon, Sylvia Pinel, Benoît Hamon, Arnaud Montebourg, François de Rugy et Jean-Luc Bennahmias sont en lice.

24 janvier : Quinze ans après la catastrophe du complexe chimique qui avait coûté la vie à 31 personnes, le troisième procès AZF s'ouvre à Paris. La première chambre de la cour d'appel de Paris accueille une audience hors normes, avec au moins 2.750 parties civiles. Le procès doit durer quatre mois.

13 mars :  Ilich Ramirez Sanchez, plus connu sous le nom de Carlos, comparaît aux assises pour l'attentat contre le Drugstore Publicis de Saint-Germain, qui avait fait deux morts et 34 blessés en 1974 à Paris. Le dossier, rouvert en 1994 après l'arrestation du terroriste, avait fait l'objet d'un non-lieu, finalement annulé en 2000.

23 avril et 7 mai : Qui succédera à François Hollande, qui a renoncé à briguer un deuxième mandat ? Le premier tour de l'élection présidentielle voit s'affronter… un nombre de candidats encore inconnu, le délai de réunion des 500 parrainages nécessaires étant fixé au 17 mars. Le deuxième tour, aura, lui, lieu le 7 mai.

11  et 18 juin : Dans la foulée de la présidentielle, les élections législatives doivent dessiner (ou pas) la majorité du candidat élu à l'Assemblée nationale.

15 juillet : L'état d'urgence, prolongé une cinquième fois en décembre, prend fin, plus d'un an et demi après son entrée en vigueur. A moins que cet état d'exception, qui permet notamment le recours aux assignations à résidence, ne soit à nouveau prolongé.

24 septembre :  L'année 2017, très politique, connaît son dernier round avec les élections sénatoriales. A l'heure où nous écrivons ces lignes, l'échéance n'a pas encore fait couler beaucoup d'encre, éclipsée par la présidentielle et les législatives.

2 octobre : Abdelkader Merah est renvoyé aux assises pour complicité des assassinats commis en 2012 par son frère Mohamed, à Toulouse. Son avocat, Me Dupond-Moretti, dénonce une "Bataclanisation des esprits", affirmant que son client "n'a jamais été le complice de son frère". Le procès doit durer un mois.