Najat, j'ai un conseil pour toi

  • A
  • A
Najat, j'ai un conseil pour toi
@ MAXPPP
Partagez sur :

Sa rentrée sera scrutée à la loupe. Luc Ferry, ancien ministre de l'Education de Jacques Chirac, donne ses astuces à la nouvelle locataire de la rue de Grenelle. 

Plus qu'aucun autre membre du gouvernement, Najat-Vallaud Belkacem est attendue au tournant. La bonne élève, récompensée pour sa fidélité au président, a hérité du ministère de l'Education nationale, à une semaine de la rentrée des classes, qui sera marquée par la réforme des rythmes scolaires. Une situation sans précédent.

Alors que ses premiers pas seront scrutés à la loupe, Luc Ferry, ancien ministre de l'Education de Jacques Chirac, donne quelques conseils à la nouvelle locataire de la rue de Grenelle.

Conseil n°1 : éviter l'idéologie

A peine nommée, la promue du gouvernement Valls II doit essuyer les critiques. En tête, celles de la droite et du mouvement Manif pour tous, qui n'ont pas manqué de rappeler le soutien de la ministre aux ABCD de l'égalité, un outil pédagogique expérimenté à la rentrée dernière, au cœur d'une polémique sur la théorie du genre. Son prédécesseur Benoît Hamon avait renoncé à généraliser les ABDC de l'égalité, préférant un "plan d'action" sur l'égalité entre les filles et les garçons à l'école. Un sujet sur lequel Najat-Vallaud Belkacem devrait s'exprimer rapidement. Mais avec des pincettes, lui conseille Luc Ferry. Au ministère de l'Education nationale, "il faut éviter l'idéologie. Les ABCD de l'égalité, c'est bien gentil mais ce n'est pas l'urgence absolue !",  estime l'ancien ministre.

>> LIRE AUSSI - Najat Vallaud-Belkacem : la promotion de la bonne élève

Conseil n°2 : se fixer deux, trois priorités

"Il faut se concentrer sur deux ou trois sujets, pas plus !", conseille encore Luc Ferry à la nouvelle ministre de l'Education. Najat Vallaud-Belkacem en fera ce qu'elle veut, mais son prédécesseur à l'Education nationale lui suggère une feuille de route : "La question de l'illettrisme est un sujet absolument majeur. 80% des enfants qui n'apprennent pas à lire aux cours préparatoires n'apprennent jamais à lire", souligne le philosophe.  Deuxième gros dossier : les incivilités, les violences et le racket. Enfin, l'ancien locataire de la rue de Grenelle lui conseille de bichonner les profs. "La crise des vocations pour l'enseignement, c'est aussi très important", conclut Luc Ferry.