Les confessions troublantes d'un ancien professeur pédophile

  • A
  • A
Les confessions troublantes d'un ancien professeur pédophile
@ AFP
Partagez sur :

Un professeur de lettres, révoqué de l'Education nationale pour détention d'images pornographiques, a témoigné dans les colonnes du Journal du Dimanche. 

L'affaire de pédophilie de Villefontaine, en banlieue de Lyon, a secoué l'Education nationale en 2015. Le directeur d'une école maternelle avait été mis en examen pour des viols sur de très jeunes élèves, avant d'être radié quelques jours plus tard. Un ancien professeur, révoqué de l'Education nationale pour détention d'images pornographiques, s'est, lui, confié au Journal du Dimanche. "Je ressentirai toujours de l'attirance pour les adolescents", a déclaré cet homme de 40 ans à l'hebdomadaire.

"Je téléchargeais en masse". Julien (le prénom a été changé) a ainsi raconté son histoire, commencée par des fantasmes sur Internet. Le professeur de lettres a alors progressivement commencé à télécharger des images et des vidéos d'adolescents, jusqu'à l'addiction. "Je téléchargeais en masse, sans faire de tri. Je stockais les images, les vidéos, comme pour une collection", explique-t-il.

"Le Net m'offrait une soupape." Pourtant, Julien est conscient que "ces ados de Russie, des pays de l'Est ou d'Asie étaient exploitées". Mais son penchant est plus fort. "Je bouillonnais, le Net m'offrait une soupape", se justifie-t-il. Finalement, il est arrêté en 2008, avant d'être condamné à six mois de prison avec sursis trois ans plus tard. Il est alors suspendu puis révoqué par l'Education nationale.

"Je ne suis pas une bête". Depuis sa condamnation, Julien a suivi une thérapie. Après sept ans de traitement, il conserve cependant son pendant pour la pédopornographie. "Je ne m'intéresse qu'aux adolescents de plus de 15 ans et demi", déclare-t-il. Le professeur de lettres aurait-il alors pu passer à l'acte ? Lui assure que non : "je ne suis pas une bête".

Les casiers judiciaires des professeurs passés au peigne fin. Pour lutter contre les affaires de pédophilie, un projet de loi va être présenté au Sénat, la semaine prochaine. Désormais, le ministère de l'Education nationale sera prévenu à chaque condamnation d'un agent pour des faits sexuels ou de violences sur mineur. Les casiers judiciaires de l'ensemble des professeurs vont également être vérifiés. En 2015, 27 membres de l'Education nationale ont été radiés pour des cas de pédophilie ou pédopornographie.