"Les choix de jouet véhiculent des valeurs"

  • A
  • A
"Les choix de jouet véhiculent des valeurs"
@ JEAN-PIERRE MULLER / AFP
Partagez sur :

Après les attentats du 13 novembre, Toys "R" Us décidait de retirer de ses enseignes 23 références de jouets représentant des armes. Dans "Il n'y en a pas deux comme elle", la psychanalyste Nicole Prieur est revenue sur cette mesure.

Le 20 novembre 2015, sept jours après les attentats de Paris et Saint-Denis, l'enseigne américaine Toys "R" Us décidait de retirer de ses rayons certains jouets représentant des armes.

"Il faut quand même faire attention". Empêcher les enfants de jouer avec des fausses armes est-il une bonne idée ? Dans "Il n'y en a pas deux comme elle" mercredi, Nicole Prieur, philosophe et psychanalyste a estimé que pérenniser cette mesure serait inutile. "C’est un peu illusoire car les enfants qui ne reçoivent pas de jouets représentant des armes s’en inventent quand même. Ils ont tendance à les créer, tout le monde a déjà pris un bâton pour faire une arme avec", explique Nicole Prieur. Pour autant, Guillemette Faure, auteur du livre Le meilleur pour mon enfant, pense que de manière plus générale, les cadeaux que l'on offre ne sont pas anodins. "Les choix de jouet véhiculent des valeurs. Il faut quand même faire attention à ce que l'on offre à son enfant". En cette période de Noël, la question est d'autant plus cruciale.

"La direction de Toys "R" Us a demandé à ses directeurs de magasins en France de retirer des rayons 23 références de jouets", indiquait le groupe le 20 novembre. "Cette décision fait suite aux attentats de Paris. Elle a été prise car ces jouets ressemblaient à s'y méprendre à des armes à feu réelles. Cela pouvait donc être source de confusion pour les forces de l'ordre", affirmait Toys "R" Us. Aucun lien direct avec les enfants donc, à première vue. Sauf que depuis, le débat s'est étendu. Sur Facebook, certains collectifs se sont organisés pour demander le retrait des jouets qui représentent des armes dans les magasins. Colette Capdevielle, députée PS des Pyrénées-Atlantiques va dans le même sens sur Twitter le 21 novembre.



>>> Retrouvez l'intégrale de l'émission "Il n'y en a pas deux comme elle" :