Les cavales finissent mal en général…

  • A
  • A
Les cavales finissent mal en général…
Partagez sur :

VIDEO - Après une cavale de dix semaines, Treiber a été arrêté. Avant lui Mesrine ou Colonna avaient endossé le rôle du fugitif.

"La chasse au gros gibier se poursuit", "les battues s’enchaînent" et "l’ennemi public numéro 1 court toujours"… Chroniqueurs et policiers ne manquent généralement pas d’expressions pour décrire les hommes en cavale.

Pendant plus de dix semaines, ils ont traqué un "homme des bois", "connaissant la forêt comme sa poche". Mais vendredi, Jean-Pierre Treiber a été arrêté à Melun.

Comme Jacques Mesrine, François Besse, Michel Vaujour ou Antonio Ferrara avant lui, la cavale a pris fin pour le principal suspect de l’affaire Giraud. Retour en vidéo sur les grandes cavales.

> Des mois de cavale (I)


MESRINE - Le 8 mai 1978, Jacques Mesrine vient de s’évader avec François Besse de la prison de la Santé, située en plein Paris. Après 34 heures de cavale, pour la police, "la chasse aux gros gibiers" est ouverte :


En cavale, les fugitifs sont contraints de sortir pour répondre aux exigences quotidiennes (vêtements, nourriture). Dès lors, il n’est pas rare que des témoins croient, à tort ou à raison, les avoir croisés.

Le 29 mai 1978, un promeneur donne l’alerte : il coit avoir vu Jacques Mesrine et François Besse. La police est sur les dents :


Après un an et demi de cavale, Jacques Mesrine trouvera la mort, en novembre 1979, tué par la balle d’un policier.


VAUJOUR - "Cinq fois évadés, cinq fois repris", c’est ainsi qu’est connu Michel Vaujour. En 1984, le braqueur vient de se faire la belle pour la 4e fois :


En 1986, Michel Vaujour s'évadera encore de la prison de la Santé avec un hélicoptère piloté par son épouse. Il sera repris quelques mois plus tard au cours d'un braquage. Blessé par balle à la tête, il sortira du coma hémiplégique.


FERRARA - Autre évasion, autre cavale : celle d’Antonio Ferrara, "le roi de la belle", connu sous ce surnom depuis son évasion spectaculaire de la maison d’arrêt de Fresne.

En mars 2003, il prend la fuite grâce à l’intervention d’un commando lourdement armé. Mais après 4 mois seulement de cavale, "le roi de la belle" retombe dans les filets des policiers. Ses cheveux sont décolorés, son nez refait :


En cavale pendant des années, des décennies (II)


CASTEL - D’autres fugitifs arriveront à faire durer leur cavale beaucoup plus longtemps, des années, voire des décennies. Il s’agit, en général, de ceux qui arrivent à quitter la France. L’exemple par excellence est celui d’Hélène Castel.

La jeune femme prend la fuite en 1980 après avoir participé à une attaque à main armée et à une prise d'otage dans une agence de la BNP à Paris. En 1984 elle est condamnée à la perpétuité par contumace. Mais il faudra attendre 2004, après 20 ans de cavale, pour la retrouver au Mexique. Mère d’une jeune fille, elle est alors psychothérapeute.


COLONNA - Yvan Colonna, lui, n’aura pas tenu 20, mais 4 ans. Cette longue cavale de celui qui a été reconnu coupable de l’assassinat du préfet Erignac peut s’expliquer par les réseaux dont ce dernier disposait en Corse.


Jacques Mesrine, Helene Castel, Antonio Ferrara, Yvan Colonna… Tous les grands fugitifs ont finalement été repris.