Les bourses au mérite supprimées à la rentrée

  • A
  • A
Les bourses au mérite supprimées à la rentrée
Les bourses au mérite n'existeront plus à partir de la rentrée 2014.@ MaxPPP
Partagez sur :

BUDGET ÉTUDIANT - Elles avaient déjà été remises en cause en 2013 mais cette fois-ci, c'est sûr, les bourses au mérite n'existeront plus à partir de la rentrée 2014. 

La bourse au mérite ne récompensera plus les meilleurs bacheliers et étudiants de France. Grâce à leurs très bons résultats, ils étaient chaque année 8.500 étudiants à en profiter. La somme était confortable : 1.800 euros par an versés en 9 mensualités, pendant une durée d'étude de 3 ou 2 ans. 

Qui sont les perdants ? Ce sont les meilleurs élèves, issus de milieux familiaux modestes, ceux qui sont éligible aux bourses sur critères sociaux. 

En plus de cette condition, il faut également être détenteur d'une mention "très bien" au bac, c'est-à-dire avoir obtenu une moyenne supérieure à 16. Ces meilleurs bacheliers de France reçoivent alors la bourse au mérite pendant 3 ans d'étude. Exception faite aux étudiants en médecine qui la touchent pendant la totalité de leur cursus.

>> LIRE AUSSI - D'excellentes bachelières acclamées par les députés

Cette bourse au mérite concerne aussi les meilleurs étudiants de licence. Ils perçoivent dès lors la bourse pendant leurs 2 années de master. 

Enfin, il faut savoir que les bourses au mérite sont contingentées. Chaque académie reçoit du ministère un montant précis à distribuer et les personnes au profil social les plus modestes sont prioritaires.

>> LIRE AUSSI - Année record pour le bas avec 87,9%

Ils ont bossé dur, ils sont déçus. Europe 1 est allé à la rencontre de deux bacheliers méritants qui pensaient bénéficier de cette bourse. Hamid vient d'un milieu modeste. Son père est ouvrier à la retraite et sa mère, femme de ménage. Il a revu à la baisse ses projets pour la rentrée : "Avec cette bourse, je voulais poursuivre mes études et préparer le concours de Sciences po. Sans la bourse, je peux rien faire. Actuellement, je suis éboueur, ça ne me rapporte que 1.000 euros par mois".

Pour Thaïs, l'incompréhension domine : "Je suis vraiment très en colère. La suppression de cette bourse ne fait qu'accentuer la dévalorisation du baccalauréat. On supprime ainsi la considération des efforts qu'on a pu fournir tout au long de l'année." À la rentrée, elle intégrera une prépa littéraire mais avec un désavantage car elle devra travailler. Elle s'est d'ores et déjà inscrite dans une boîte d'intérim.

>> LIRE AUSSI - Sans le bac, je suis fichu ?

Des bourses en sursis depuis 2013. En juillet 2013, le gouvernement avait déjà décidé de la suppression de ces bourses. Le ministère de l'Enseignement supérieur avait finalement décidé de repousser d'une année leur disparition.

L'égalité entre défavorisés plutôt que le mérite.  Contacté par Europe1.fr, le cabinet de la ministre confirme la fin du sursis mais de manière progressive : "À partir de septembre, il n'y aura pas de nouveaux entrants dans le dispositif. Mais ceux qui ont touché les bourse au mérite cette année continueront à en bénéficier". 

Le cabinet avance plusieurs arguments : "Les bacheliers à mention étaient de plus en plus nombreux et le suivi pendant leurs études était compliqué. Et puis, suite à une concertation avec les syndicats étudiants, nous avons décidé de privilégier les boursiers sur critères sociaux, d'où la création d'un nouvel échelon à la rentrée". 

Ce nouvel échelon, nommé "zéro +", bénéficiera à 137.500 personnes, jusque là exclues des aides. 

>> LIRE AUSSI - Bourses : coup de pouce pour les étudiants modestes