Les "alertes enlèvements" étendues à internet

  • A
  • A
Les "alertes enlèvements" étendues à internet
Partagez sur :

De grands acteurs du secteur ont annoncé mardi que leurs sites relaieront, à partir du 1er juin, les alertes lancées par le ministère de la Justice lors de l'enlèvement d'enfants. Jusqu'à quinze millions d'internautes pourront être touchés.

Le plan "alerte enlèvement" va s'étendre au web. Les alertes lancées par le ministère de la Justice lors de l'enlèvement d'enfants seront relayées à partir du 1er juin par dix grands portails internet, ont annoncé mardi des représentants, notamment, d'Orange, Google et Dailymotion, réunis à l'initiative de Nicole Guedj, ancienne secrétaire d'Etat aux droits des victimes.

Au total, ce sont 15 millions d'internautes, qui pourront être touchés par cette "e-@alertenlevement", sur des sites tels que ceux d'Orange, Free, SFR, Google, Yahoo!, Microsoft, Dailymotion, blogSpirit. Selon les chiffres de ces acteurs du web, ce sont au total près de 90% des internautes qui seront sensibilisés.

Concrètement, des bannières apparaîtront sur ces différents sites et seront mises en avant durant la durée de l'alerte. Des envois de SMS massifs, auprès d'abonnés souhaitant être avertis, sont également à l'étude chez les opérateurs téléphoniques.

Le ministère de la Justice juge l'initiative présentée par Nicole Guedj "excellente", tout en soulignant qu'un certain nombre de "précautions juridiques [sont] à vérifier", rappelant qu'une alerte enlèvement est "un acte d'enquête piloté par le procureur de la République" qui doit conserver "la capacité de l'interrompre" dans "l'intérêt de l'enfant dont la vie est en jeu".