Routes, transports, aéroports : la neige a perturbé le trafic mercredi

  • A
  • A
Partagez sur :

Alors que les chutes de neige se sont faites plus rares mercredi, une partie de la France a été perturbée mercredi sur les routes comme sur les rails. 

L'ESSENTIEL

Au lendemain d'embouteillages monstres autour de Paris en raison des intempéries, de nombreux Franciliens ont laissé leur véhicule au garage mercredi, mais les transports en commun n'ont pas échappé à la pagaille. De nouvelles chutes de neige ont été enregistrées en Île-de-France mais également sur la moitié nord du pays, suite d'un épisode de grand froid qui se poursuivait sur tout le territoire. 

Les principales informations à retenir :

  • Huit départements d'Île-de-France sont toujours en vigilance orange mercredi soir

  • Les automobilistes franciliens ont été invités à ne pas prendre la route et les transports ont été perturbés

  • Si l'accalmie est revenue dans la journée, le froid va redoubler la nuit prochaine et provoquer du verglas jeudi

POINT TRAFIC

Sur les routes : "éviter de conduire". En Île-de-France, un pic de 739 kilomètres de bouchons a été enregistré mardi soir. La circulation des poids lourds était quant à elle interdite. Sur Europe 1, mercredi matin, la ministre des Transports Élisabeth Borne a appelé les automobilistes à reporter leurs déplacements et à éviter au maximum de prendre leurs véhicules. Il semble que les Franciliens aient anticipé la consigne des autorités. Peu avant 8 heures mercredi, on enregistrait seulement 200 km de bouchons en Île-de-France. À 18 heures, seuls 12 km de bouchons été enregistrés sur les axes routiers franciliens, contre 275 en moyenne habituellement à la même heure. 

La situation a été particulièrement difficile sur la N118, au sud-ouest de Paris, où des centaines de véhicules ont été bloqués par la neige dans la nuit de mardi à mercredi. "Entre 1.500 et 2.000 personnes" ont été bloquées dans leur véhicule sur la route nationale 118, qui était toujours fermée mercredi soir en direction de la province, indique la préfecture de police de Paris. Europe 1 a recueilli les témoignages de deux automobilistes coincés sur la route. À la mi-journée, plus de 900 véhicules étaient toujours bloqués sur la N118 et en soirée, il restait encore 80 véhicules à dégager, a précisé la préfecture de police. La N118 "reste fermée jusqu'à nouvel ordre du pont de Sèvres au plateau de Saclay".

Ailleurs, la circulation restait délicate, notamment sur l'A1, l'A4, l'A11, l'A13, l'A16, l'A71, l'A85, l'A28, l'A81 et l'A19. À environ 5 km du péage de Saint-Arnoult, sur l'A10, les poids lourds étaient toujours garés en double file mercredi matin. Notre correspondant sur place a immortalisé cette longue file de camions. Le trafic poids lourds sera à nouveau interdit jeudi.

starnoult

Crédit photo : François Coulon/Europe 1

Pas de bus mais des métros. Selon la RATP, le trafic des bus était nul en Seine-Saint-Denis et dans l'Essonne, soit 90 lignes, et se faisait "au cas par cas en fonction de l'accessibilité de la voirie" sur le reste du réseau. Les transports scolaires ne circulaient pas non plus dans plusieurs départements, notamment en Seine-Saint-Denis, en Essonne, dans les Yvelines ou en Seine-et-Marne. Sur le tramway, le trafic était normal sur les lignes T1, T2, T3a et T3b, T5, T7, T8, et totalement interrompu sur la ligne T6, mais des bus de substitution ont été mis en place entre la Porte d'Orléans et Viroflay-Rive-Gauche. 

Pour le métro, le trafic était normal sur les lignes 1, 2 et 14, quasi normal sur les lignes 3, 4, 5, 7, 9, 11 et 13, tandis que trois rames sur quatre circulaient sur les lignes 6, 8, 10 et 12. Quatre trains sur 5 étaient assurés pour le RER A, et 3 sur 4 côté RATP pour le RER B. Un incident technique à Gare du Nord a entraîné un retard sur les trains en provenance du Nord. La situation est revenue à la normale en fin de journée sur les lignes A et B du RER. 

Sur certaines lignes de métro, perturbées, l'afflux de voyageurs a été important, comme l'a filmé cet internaute : 



Par voie de conséquence, il était particulièrement difficile mardi soir de commander un taxi ou un VTC en Île-de-France. Les rares chauffeurs VTC à circuler affichaient des tarifs et des temps d'attente plus élevés que d'habitude.

Vitesse réduite pour les trains. La SNCF a conseillé à ses "clients de reporter leurs déplacements" mercredi. Le trafic ferroviaire était très fortement perturbé dans la matinée en Île-de-France avec moins d'un train sur deux en moyenne sur les lignes Transiliens, avant de s'améliorer dans l'après-midi. La vitesse des trains était réduite sur une partie du réseau, occasionnant d'importants retards, tandis que la LGV Atlantique subissait des perturbations. 

Les prévisions ferroviaires de jeudi. La SNCF prévoit jeudi matin deux trains sur trois sur le réseau en Île-de-France et conseille aux usagers "de se renseigner avant leur départ". Un communiqué de la SNCF ne prévoit de fait un service normal en Île-de-France que sur les lignes A, B et E du RER, et un train sur deux seulement sur les lignes J, L et P, déjà très affectées mercredi. Sur les grandes lignes, des rallongements des durées de trajet sont à prévoir, de 30 minutes en moyenne. Concernant l'axe Atlantique, l'ensemble du trafic sera assuré, mais avec des temps de parcours "sensiblement plus longs". Ils auront probablement entre une demi-heure et une heure et demie de retard sur l'Ouest. Quant aux TER, ils devraient rouler normalement "mais il y aura sans doute des difficultés dans certaines régions, par exemple le Limousin", indique la SNCF.

Quelques perturbations dans les aéroports. Des retards et quelques annulations ont été enregistrés sur le moyen-courrier à cause des opérations de dégivrage et de déneigement des plateformes aéroportuaires et surtout du manque de personnel qui n'a pas réussi à se rendre sur la plateforme. Mardi, l'aéroport Paris-Charles de Gaulle avait eu "une journée quasiment normale" mais Orly avait enregistré "des retards supérieurs à une heure en moyenne pour cause de dégivrage", a indiqué le gestionnaire des aéroports parisiens, ADP. À Orly, des passagers ont même dormi à même le sol dans l'aérogare.

Air France a indiqué que seule la moitié des court-courriers étaient assurés mercredi au départ d'Orly, et deux tiers des vols moyen-courriers au départ de Charles-de-Gaulle. Si la quasi-totalité des vols long-courriers (90%) étaient maintenus au départ de Paris-Charles-de-Gaulle, des "retards importants" étaient toutefois à prévoir au départ des deux aéroports, ajoute la compagnie aérienne. 

POINT MÉTÉO

Jusqu'à 30 cm de neige localement. Huit départements, soit la totalité des départements de l’Île-de-France, restaient en vigilance orange pour la neige et le verglas mercredi soir, selon Météo France. Il continuait de neiger, mais de façon intermittente et faiblement, de la Bourgogne à l'Île-de-France, et sur le Poitou. "Les chutes de neige vont progressivement se calmer en cours de journée. On va même retrouver quelques éclaircies sur le Nord-Ouest", rassure Olivier Proust, prévisionniste à Météo France. 

Les hauteurs de neige relevées mercredi matin allaient de 10 à 15 cm, jusqu'à 25 cm localement voire 30 cm dans l'Eure-et-Loir, avec des températures négatives gardant souvent la couche neigeuse au sol : 8 cm ont été relevés à Tours, 12 cm à Paris (au parc Montsouris), 11 cm à Blois, 13 cm à Roissy et Orly, 14 cm à Orléans, 15 cm à Chartres, en début de matinée.

carte

Gare au verglas jeudi. Météo France évoque une fin de "phénomène neige-verglas" pour jeudi à 10h. "Cet épisode neigeux est terminé, mais on va avoir un froid intense cette nuit donc on a un risque de verglas. On va continuer à saler les routes, et un nouvel épisode neigeux est annoncé pour vendredi", a averti Élisabeth Borne mercredi. "On est sur un scénario de renforcement de la neige alors que la tenue est facilitée par des températures un peu en baisse", a expliqué Emmanuel Demaël, prévisionniste chez Météo France. La situation pourrait devenir critique dans la nuit de mercredi à jeudi avec la chute des températures - jusqu'à moins 10 degrés - et l'apparition de "gelées" sur les sols enneigés, a-t-il ajouté. Des températures "de -5° à -7°C, voire localement moins" sont attendues jeudi matin, selon Météo France, avant un possible retour de la neige en Île-de-France vendredi.



Déclenchement du plan "grand froid". Vingt-deux départements, dont les huit d’Île-de-France, le Nord et le Rhône, ont activé depuis lundi leur "alerte grand froid" pour l'hébergement des sans-abri. En Île-de-France, au moins 1.500 personnes ont été hébergées dans des centres d'accueil ouverts pendant la nuit, mais aussi dans des gares parisiennes et à l'aéroport d'Orly, selon la préfecture de police de Paris. Au total, selon un décompte effectué à 6h30, 46 centres d'hébergement ont été ouverts dans la région pour accueillir plus de 600 personnes. Environ 700 personnes ont par ailleurs été hébergées dans les gares de Montparnasse et Austerlitz et 230 à l'aéroport d'Orly.