Le tireur présumé de "Libération" renvoyé aux assises

  • A
  • A
Le tireur présumé de "Libération" renvoyé aux assises
Abdelhakim Dekhar est renvoyé aux assises. @ Capture d'écran Youtube
Partagez sur :

Abdelhakim Dekhar, soupçonné d'avoir gravement blessé par balles un assistant-photographe du journal Libération en novembre 2013, est renvoyé aux assises. 

Un juge d'instruction a ordonné le renvoi aux assises d'Abdelhakim Dekhar pour son périple armé à BFMTV, Libération et à la Défense en 2013, au cours duquel un homme avait été grièvement blessé, a appris l'AFP mercredi, de source judiciaire.

Une brève prise d'otage. Le 15 novembre 2013, Abdelhakim Dekhar avait fait irruption au siège de BFMTV, armé d'un fusil à pompe, mais sans ouvrir le feu. Trois jours plus tard, il entrait dans les locaux de Libération et blessait cette fois grièvement un assistant photographe, avant de prendre la fuite. Il tirait encore plusieurs coups de feu devant le siège de la Société Générale dans le quartier d'affaires de La Défense, près de Paris. Dans leur ordonnance du 25 mars, les juges l'ont aussi renvoyé aux assises pour la brève prise d'otage qui avait suivi lorsqu'un automobiliste avait été contraint de le conduire jusqu'à la place de l'Etoile, dans la capitale.

Des écrits "confus". Après trois jours de cavale, l'homme avait été arrêté et mis en examen pour tentatives d'assassinats. Il avait laissé des écrits "confus" évoquant un "complot fasciste", fustigeant la "gestion des banlieues", le "capitalisme", mais aussi le rôle des médias dans la "manipulation des masses". Interrogé par la police, il avait assuré avoir paniqué et tiré sur l’assistant photographe car il bougeait vers lui, ce qui ne correspondait pas aux images filmées par les caméras de surveillance. 

Second renvoi aux assises. Connu de la justice pour sa condamnation en 1998 dans l'affaire de l'équipée meurtrière à Paris du couple Florence Rey et Audry Maupin, Abdelhakim Dekhar, 50 ans, est renvoyé pour la seconde fois aux assises. Il a fait appel et la chambre de l'instruction devra examiner ce recours avant un procès. 

L'homme qui avait hébergé Dekhar avait aussi été mis en examen en décembre 2013. Il a également été renvoyé aux assises pour les délits connexes de destruction de preuves, en l'occurrence le fusil, et recel de malfaiteurs.