Le service militaire adapté pour aider les jeunes en difficulté

  • A
  • A
Le service militaire adapté pour aider les jeunes en difficulté
Partagez sur :

ANNONCE DU PRÉSIDENT - François Hollande a promis d’étendre le service militaire adapté. Mais au fait, c’est quoi ? 

Lors de sa conférence de presse, jeudi, à l’Elysée, François Hollande a annoncé la création d’une réserve citoyenne pour tous les Français volontaires mais aussi l’idée d’étendre le service militaire adapté (SMA). Le chef de l’Etat a assuré que ce dispositif, déjà en vigueur en outre-mer, serait bientôt expérimenté en métropole.

>> LIRE AUSSI - Contrat civique : ce que propose Hollande

C’est quoi le SMA ? Ce dispositif d'insertion via les armées offre à des jeunes en difficulté une formation. Créé en 1961, le SMA accueille actuellement 5.000 jeunes par an au sein de huit formations différentes, selon le ministère des Outre-mer. L'objectif est d'atteindre 6.000 personnes en 2016, le double de 2009.

Des résultats prometteurs. A l'issue de ces services volontaires, environ 75% sont "insérés" dans la vie active, alors qu'au début de leur formation, au moins 30% sont en situation d'illettrisme et 60% n'ont pas leur brevet des collèges. A Marseille, la légion a déjà initié ce genre d’expérience en organisant notamment des stages commando en Guyane sur la base du volontariat.

"J’ai appris à encaisser les ordres". Les jeunes qui ont participé à ces stages en gardent un excellent souvenir. Sofia a grandi dans le quartier Félix Pyat à Marseille, l’une des cités classées parmi les plus pauvres d’Europe. "Ça renforce la tête, c’est sûr", raconte ce jeune qui a été totalement transformé cette expérience. "J’ai appris à encaisser les ordres. Avant, je ne savais pas les écouter. Avec l’armée, j’ai compris que l’esprit d’équipe est primordial. Il faut aider ceux qui n’y arrivent pas, il faut galérer ensemble. Cette expérience m’a fait faire un travail sur moi-même".

Beaucoup de demandes. Des dizaines de candidats veulent aujourd’hui participer à ces stages commando. Salim Bouali, l’ex-légionnaire qui en est à la tête, salue l’idée du président d’étendre le SMA. "Il faut redémarrer le disque dur avec notre jeunesse", lâche ce gros bras. "Il faut tout reprendre du début. Leur faire prendre conscience de l’autorité, c’est important. Ces jeunes ont besoin d’un cadre, d’une direction, d’un objectif". Et de conclure : " ce SMA, c’est un précieux bagage".