Le saumon d'élevage non labellisé, le meilleur selon UFC-Que choisir

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Les saumons fumés d'élevage non labellisés consomment toutefois davantage d'antibiotiques.

Après le réveillon de Noël, il va falloir remettre les petits plats dans les grands dimanche soir pour le réveillon du Nouvel An. Huîtres, foie gras, champagne... et pour beaucoup, saumon seront sur la table. Mais pour quel saumon avez-vous opté ? Sauvage ou d'élevage ? Pour vous aiguiller, l'UFC-Que choisir a publié récemment une enquête  où 23 saumons sont testés. Et ses conclusions sont surprenantes.

Dans le bio, beaucoup de métaux lourds. Les sept saumons fumés les mieux notés sont des saumons d'élevage et aucun d'entre eux n'est étiqueté "bio" ou "label rouge". Les produits labellisés arrivent, eux, en bas de classement car ils contiennent davantage de métaux lourds. Ainsi, les quatre "qui cumulent les niveaux les plus élevés en dioxines, PCB, arsenic ou mercure" sont les trois saumons bio et celui référencé en label rouge, explique l'enquête. On y retrouve jusqu'à "deux fois plus de mercure, quatre fois plus d'arsenic et neuf fois plus de PCB et dioxines". 

Nourris avec des farines animales. L'explication de ce mauvais classement se trouve dans l'alimentation. Le cahier des charges des élevages labellisés impose de nourrir les saumons avec principalement des farines animales. Cet aliment, fabriqué à base de poisson, est jugé plus naturel et plus digeste pour les saumons. Mais il concentre particulièrement des polluants organiques, explique Marie-Noëlle Delaby, journaliste à UFC-Que choisir : "Les saumons sont des super-prédateurs, c'est à dire qu'ils mangent des poissons plus petits qu'eux mais à force de manger plus petits et contaminés que soit, on cumule ces polluants environnementaux, donc ces farines animales donnent aux poissons 'bio' et 'label rouge' des concentrations plus élevés en contaminants".

Autrement dit, le saumon nourri avec des farines animales est victime d'une accumulation qui se fait tout au long de la chaîne alimentaire. Mais l'UFC-Que choisir se veut aussi rassurante : "Cela reste quand même dans les clous, on est largement en-dessous des milites maximales réglementaires", explique Marie-Noëlle Delaby.

Davantage d'antibiotiques dans le non labellisé. Les saumons d'élevage non labellisés, eux, présentent moins de métaux lourds car ils sont nourris avec des farines végétales à base de céréales, de soja et d'huile de colza. Mais ils présentent un autre inconvénient, à cause de ce régime, ils reçoivent plus d'antibiotiques. Autre conseil, pour bien choisir son saumon fumé, il faut éviter ceux qui présentent des tâches brunes car ce sont des restes de muscle. Elles témoignent que le saumon a été mal préparé.