Le responsable d’une mosquée soupçonné de proxénétisme

  • A
  • A
Le responsable d’une mosquée soupçonné de proxénétisme
Partagez sur :

Dix personnes sont accusées d'avoir monté un réseau de proxénétisme à Orange, adossé à une filière d'immigration clandestine.

Le président de l'association "Lumière de Dieu", qui gère la principale mosquée d'Orange, dans le Vaucluse, a été interpellé mardi par la police judiciaire d'Avignon. Il est soupçonné, avec neuf autres personnes, d'avoir monté un réseau de proxénétisme adossé à une filière d'immigration clandestine

Le principal suspect, Abdeslam Bahiad, aurait usé de son influence auprès des familles souvent modestes de la communauté marocaine, notamment pour les aider à faire venir des parentes clandestinement ou en falsifiant des papiers administratifs.

Les jeunes femmes, âgées de 14 à 25 ans selon La Provence, étaient hébergées chez d'autres femmes déjà prostituées dans le réseau. Elles étaient ensuite progressivement poussées à se prostituer sous la contrainte pour rembourser leur voyage, facturé jusqu'à 7 ou 8.000 euros, avec la promesse d'obtenir une régularisation pour rester en France.

L'une des prostituées a également accusé de viol les trois fils d’Abdeslam Bahiad, qui tenaient un bar à Orange nommé "Le France".

Les dix personnes interpellées ont été placées en garde à vue au commissariat d'Avignon. Au stade actuel, le fonctionnement de la mosquée d'Orange ne paraît pas concerné par l'enquête.