Le président du syndicat SNPL Air France : "ce n'est pas l'Euro qui est visé"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Les pilotes d'Air France doivent entamer une nouvelle grève à partir du 11 juin, au lendemain du coup d'envoi de l'Euro 2016 de football. 

INTERVIEW

Les trois syndicats de pilotes d’Air France lancent une nouvelle grève du 11 au 14 juin, en pleine ouverture de l’Euro 2016. Par ailleurs, le personnel naviguant appelle lui aussi à la mobilisation, cette fois pendant la période estivale, du 27 juillet au 2 août. Les syndicats reprochent à la direction du groupe d’avoir trop avantagé Air-France KLM, et de ne pas avoir assez pris en considération les salariés d’Air France. "Cette problématique, on en discute avec la direction d’Air France et le gouvernement depuis des mois, malheureusement toutes les étapes intermédiaires qui constituent celles du dialogue social habituel n’ont rien donné", déplore Philippe Evain, président du syndicat SNPL Air France, au micro d'Europe 1 Midi.

Fans de football. "Ce n’est évidemment pas l’Euro qui est visé, et les pilotes, comme tous les salariés d’Air France, sont fans de football", a assuré le syndicaliste. "On arrive à la fin d’un processus. La direction d’Air France a quitté unilatéralement les négociations fin avril, nous avons dû consulter nos adhérents, ça prend un mois, et on arrive au mois de juin", explique-t-il encore pour justifier le calendrier de la protestation.

La fin du conflit repoussée. Mardi, après avoir passé douze heures autour de la table des négociations, le PDG d'Air France Frédéric Gagez a remis un "protocole d'accord de fin de conflit" qui n'a pas été jugé satisfaisant par les syndicats. "L’important c’est d’essayer de trouver des solutions. […] Nous avons rencontré le gouvernement l’année dernière, nous avons rencontré souvent la direction d’Air France. Ils sont conscients du problème, et pourtant il ne se passe rien", déclare Philippe Evain. Il l'assure : "On a essayé de minimiser au minimum les répercussions sur les clients en faisant des grèves sur les plages horaires pour qu’ils puissent arriver à destination."