Le préfet de Corse appelle au calme à Ajaccio après une intervention mouvementée du Samu

  • A
  • A
Le préfet de Corse appelle au calme à Ajaccio après une intervention mouvementée du Samu
le préfet Bernard Schmeltz a dénoncé "toute instrumentalisation qui pourrait en être faite" de l'incident.@ PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP
Partagez sur :

Une équipe du Samu a notamment été insultée par des jeunes lors d'une intervention à Ajaccio dans la nuit de Noël. Le préfet de Corse a interdit les manifestations dans les quartiers de la ville.

Le préfet de Corse a appelé au calme dimanche et annoncé l'interdiction des manifestations dans les quartiers d'Ajaccio après une intervention mouvementée du Samu dans la nuit de Noël. Des manifestations émaillées de slogans racistes, au cours desquelles une salle de prière musulmane avait été saccagée, avaient eu lieu à Noël 2015 dans les Jardins de l'Empereur, à Ajaccio, après l'agression de pompiers, 24 heures auparavant, dans ce quartier populaire.

Des jets de pétards. Cette année, dans la nuit de samedi à dimanche, une équipe du Samu est intervenue au domicile d'un habitant du quartier populaire des Cannes, a relaté, sous couvert d'anonymat, un ambulancier impliqué. En regagnant leur voiture, les ambulanciers ont été insultés par des jeunes qui passaient la soirée dans un bar voisin et qui ont jeté des pétards sans les viser directement, a-t-il poursuivi. "Des gens du quartier qui étaient présents ont calmé les jeunes assez rapidement", a-t-il ajouté, appelant au calme au nom des ambulanciers.

Le spectre de Noël 2015. Sur les réseaux sociaux, plusieurs personnes ont appelé à des rassemblements dans le quartier où a eu lieu l'incident, semblant vouloir faire un parallèle avec les incidents de Noël 2015. Dans son communiqué, le préfet Bernard Schmeltz a dénoncé "la prise à partie de personnels du Samu lors d'une intervention dans la soirée du 24 décembre, par ailleurs très calme à Ajaccio". Il "rappelle que ces événements sont sans commune mesure avec ceux qui s'étaient déroulés il y a tout juste un an - aucune personne n'a en effet été blessée - et dénonce toute instrumentalisation qui pourrait en être faite". "Aucune déambulation dans les quartiers d'Ajaccio ne sera tolérée ce jour", a-t-il ajouté.