Le Pirelli 2016, "une nouvelle ère dans l'histoire du calendrier"

  • A
  • A
Le Pirelli 2016, "une nouvelle ère dans l'histoire du calendrier"
Annie Leibovitz, la photographe du calendrier Pirelli 2016.@ AFP
Partagez sur :

DÉCRYPTAGE - Le Pirelli 2016, qui fait poser des personnalités, parfois habillées, au lieu des traditionnelles mannequins nues, entre dans l’histoire du calendrier, selon une spécialiste interrogée par Europe 1.

Célébrer des femmes fortes, naturelles et pour ce qu’elles sont plutôt que pour leur corps. C’est la mission à laquelle s’est attelée la photographe Annie Leibovitz pour le calendrier Pirelli 2016 dont les premiers visuels ont été dévoilés lundi. Oublié les traditionnelles mannequins longilignes, place à des comédiennes, chanteuses, écrivains, sportives telles Amy Schumer, Serena Willams, Patti Smith, Yoko Ono ou Tavi Gevinson.

>> Pour Emilie Coutant, sociologue et fondatrice du cabinet d’études "Tendances sociales", il s’agit d’une vraie révolution. Décryptage.

"On redonne une place à la femme". "On était habitué à des femmes nues, mises en avant pour leur physique, leur plastique. Les femmes de ce nouveau calendrier sont valorisées pour leur performance, leur expérience. Elles ont toutes quelque chose d’original", explique à Europe 1 la sociologue. Pour cette dernière, on est avec ce calendrier dans "une beauté de l’intelligence, de la réussite". "Ça redonne une place à la femme, ça revalorise le féminin", insiste-t-elle.

La sociologue souligne encore "le dépassement de l’association traditionnelle du féminin et de la nudité". "Ce qui fait d’elles des femmes ici ce n’est pas leur corps mais ce qu’elles ont fait", ajoute-t-elle.

@SerenaWilliams for the 2016 #PirelliCalendar. Photo: #AnnieLeibovitz.

Une photo publiée par Serge Kerbel (@sergekerbel) le







@AmySchumer for the 2016 #PirelliCalendar. Photo: #AnnieLeibovitz

Une photo publiée par Serge Kerbel (@sergekerbel) le



La tendance du retour au naturel. La sortie de ce calendrier n’est pas non plus anodine, il y a un vraie "tendance, celle du retour au naturel", poursuit Emilie Coutant. "Après des années de bling-bling, de photoshop à outrance, on revient en arrière, on revient au corps symbolique, plus forcément nu mais suggestif : l’habiller revient à l’érotiser". Les concepteurs de cette édition 2016 "ouvrent une nouvelle ère dans l’histoire du calendrier", conclut la sociologue, qui ajoute : "on attend la même chose de Playboy !"

Où est né le calendrier Pirelli ? C'est la branche anglaise du manufacturier italien Pirelli qui a eu l'idée du calendrier. Surnommé "Le Cal", il voit le jour en 1964 sous l'objectif de Robert Freeman, le photographe officiel des Beatles. Simple cadeau publicitaire à l'origine, il est devenu depuis un objet culte. A noter que le calendrier n'st pas à vendre. Il est édité en série limitée, numéroté et distribué à des personnalités en France et à l’international.