Le Paris Foot Gay victime d’homophobie ?

  • A
  • A
Le Paris Foot Gay victime d’homophobie ?
Partagez sur :

Le Créteil Bébel a annulé une rencontre, conformément aux "principes de (leur) équipe (…) de musulmans pratiquants".

Les dirigeants du Paris Foot Gay (PFG) ne décolèrent pas. Ils estiment que leur club a été victime d’homophobie, leurs homologues du Créteil Bébel ayant annulé au dernier moment une rencontre prévue dimanche pour des raisons de "principes".

Les dirigeants du PFG ont demandé à leur ligue, la Commission Football Loisir (CFL), de prendre des sanctions à l’encontre du club cristolien. Ils menacent même de porter plainte si celui-ci poursuit "dans ce sens-là", a précisé Pascal Brethes, président du Paris Football Gay.

Alors qu’une rencontre entre les deux clubs était prévue dimanche, les dirigeants du Créteil Bébel ont envoyé la veille un courriel informant de leur refus de disputer le match : "Désolé, mais par rapport au nom de votre équipe et conformément aux principes de notre équipe, qui est une équipe de musulmans pratiquants, nous ne pouvons jouer contre vous, nos convictions sont de loin plus importantes qu'un simple match de foot, encore une fois excusez-nous de vous avoir prévenu si tard", peut-on lire dans ce message.

Pour Pascal Berthes, ce message, "très choquant", tombe sous le coup de la loi sur le racisme et l’homophobie. Le Paris Foot Gay, parrainé par Vikash Dhorasoo, n'est "pas un club communautariste, c'est d'abord une association qui lutte contre l'homophobie dans le football" ouverte aux "hétéros et aux homos", poursuit-il, en précisant que l'équipe comporte "des noirs, des blancs, des beurs, toutes religions confondues".

"En tant que musulman, j'ai quand même le droit de ne pas vouloir jouer (contre le PFG) parce que je n'adhère pas à leurs idées", a déclaré dimanche un dirigeant de Créteil Bébel sur France Bleu, tout en s'excusant "si quelqu'un s'est senti vexé ou blessé".