Le parcours d'Abaaoud jugé crédible par un chercheur sur le Renseignement

  • A
  • A
Le parcours d'Abaaoud jugé crédible par un chercheur sur le Renseignement
@ AFP PHOTO / HO / DABIQ
Partagez sur :

FAILLES DE SÉCURITÉ - Alain Rodier, directeur de recherche au Centre Français de Recherche sur le Renseignement, estime tout à fait possible que le terroriste présumé ait pu circuler librement en Europe.

Abdelhamid Abaaoud, soupçonné d'être l'un des terroristes qui a commis les attentats de Paris, est-il bien arrivé en Europe avec des migrants dès le mois de septembre ? C'est en tout cas ce que révèle l'audition d'un témoin, dont le procès-verbal a été révélé par Valeurs Actuelles.

Des faux papiers venus de Syrie. Pour Alain Rodier, directeur de recherche au Centre Français de Recherche sur le Renseignement, ces informations sont crédibles. Pour arriver et se déplacer en Europe, "il suffit d'avoir des [faux] papiers d'identité corrects, et cela circule librement en Syrie", souligne au micro d'Europe 1 le chercheur, qui rappelle que des parrains de la mafia sicilienne ont pu vivre dans la clandestinité pendant des décennies.

Arrivé avec des migrants ? Si, toujours d'après le procès-verbal, Abaaoud a dit être arrivé parmi les migrants dès le mois de septembre, ce point, en revanche, reste "étonnant" aux yeux d'Alain Rodier. "Il aurait pu prendre l'avion", note-t-il. Car si Abaaoud a pu donner 5.000 euros à sa cousine Hasna pour qu'elle lui achète deux costumes et deux paires de chaussures, ainsi que le rapporte le témoin auditionné, c'est qu'il avait de l'argent. Il est alors peu probable qu'il ait emprunté des routes risquées pour se rendre en Europe.

Les failles dans le renseignement. Si les informations livrées par le témoin se vérifient, la question de l'efficacité des services de renseignement sera plus que jamais posée. "Ils sont aveugles car l'Europe est une grande démocratie, argue Alain Rodier. Nous ne sommes plus à l'époque de l'URSS, avec des responsables d'immeuble ou de quartier qui rendent des comptes aux autorités."