Le pape François dénonce "l'asphyxie" des pays pauvres par les "systèmes de crédits"

  • A
  • A
Le pape François dénonce "l'asphyxie" des pays pauvres par les "systèmes de crédits"
@ AFP
Partagez sur :

Lors de son premier discours devant les Nations unies, le pape François a demandé à ce que la COP 21 aboutisse sur de réels accords et a par ailleurs dénoncé "l'asphyxie" des pauvres par les "systèmes de crédit" et les politiques d'austérité.

Le pape François, qui est argentin, a dénoncé vendredi "l'asphyxie" que les institutions financières internationales font subir aux pays pauvres en les soumettant à des "systèmes de crédits" et à des politiques d'austérité. A l'occasion de son premier discours à l'ONU, le pape a souhaité que "les organismes financiers internationaux veillent au développement durable des pays", au lieu de soumettre "les populations à des mécanismes de plus grande pauvreté, d'exclusion et de dépendance".

La COP21 doit aboutir "à des accords efficaces". Il a par ailleurs demandé "que la Conférence de Paris sur le changement climatique aboutisse à des accords fondamentaux et efficaces", affirmant qu'il "existe un vrai 'droit de l'environnement'", parce que les êtres humains en font partie et que toute créature vivante a "une valeur en soi, d'existence, de vie, de beauté et d'interdépendance avec les autres créatures".

Accueilli par Ban Ki-moon.Le pape François est arrivé vendredi au siège des Nations unies à New York pour son premier discours devant l'Assemblée générale de l'ONU. Il a été accueilli à son arrivée dans le bâtiment par le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon et un groupe d'enfants qui lui a offert des fleurs.