Le loup "en expansion rapide", avec environ 430 individus estimés en France

  • A
  • A
Le loup "en expansion rapide", avec environ 430 individus estimés en France
"L'indicateur de tendance démographique confirme la croissance de la population de loups en France" selon l'Office national de la chasse et de la faune sauvage.@ VALERY HACHE / AFP
Partagez sur :

Avec un taux de croissance annuel de près de 20%, le loup est en pleine expansion avec une augmentation du nombre de zones de présence permanente.

La France compte un effectif estimé de 430 loups, avec un nombre croissant de zones de présence permanente, selon le bilan de suivi hivernal publié lundi par l'Office national de la chasse et la faune sauvage (ONCFS).

Le "seuil de viabilité" du Plan Loup pas encore atteint. "Tous les indicateurs dont dispose le réseau Loup/Lynx (…) indiquent que l'espèce est en phase d'expansion rapide sur l'ensemble du territoire national", note l'ONCFS, ajoutant cependant que l'animal "n'a pas encore atteint le seuil de viabilité prévu par le Plan Loup fixé à 500 individus". En sortie d'hiver 2017-2018, l'effectif estimé était d'environ 430 individus (intervalle de prédiction : 387-477), soit un taux de croissance annuel de près de 20%, précise l'Office dans un communiqué.

Objectif de 500 loups d'ici 2023. Le nombre de zones de présence permanente (ZPP) augmente aussi nettement, passant de 57 ZPP en sortie d'hiver 2016-2017 à 74 en 2017-2018, soit + 30%. Le réseau Loup/Lynx de l'ONCFS s'est basé cette année (fin de campagne de suivi le 31 mars) sur plus de 750 indices : empreintes, observations, piégeage photographique, dépouilles… "L'indicateur de tendance démographique confirme la croissance de la population de loups en France (...) dans la continuité d'une progression démographique globale sur le long terme et à l'échelle nationale", souligne l'Office.

Avant ce nouveau bilan, l'effectif était évalué à environ 360 individus fin 2017. Le plan loup 2018-2023 vise, malgré la colère des éleveurs d'ovins, à augmenter la population à 500 individus d'ici 2023. Le Plan veut baser les plafonds d'abattage annuels sur les recommandations scientifiques, qui estiment qu'il ne faut pas abattre plus de 10 à 12% de l'effectif pour assurer la viabilité de l'espèce.