Le gérant du club nautique toujours en garde à vue

  • A
  • A
Le gérant du club nautique toujours en garde à vue
Partagez sur :

Il devrait être mis en examen mardi tout comme le moniteur stagiaire qui accompagnait Anissa, la fillette morte noyée samedi. La famille de cette dernière va porter plainte.

Deux hommes sont au centre de l’enquête sur la mort de la petite Anissa, 11 ans, lors d’une sortie en hydrospeed samedi sur la Durance, dans les Hautes-Alpes. Le moniteur stagiaire de 19 ans qui accompagnait le groupe d’enfants en colonie a été remis en liberté lundi soir. La garde à vue du gérant du club nautique River club a en revanche été prolongée mardi. Les deux hommes devraient être mis en examen dans la journée.

Le père d'Anissa, encore sous le choc, a annoncé mardi qu'il porterait plainte prochainement, une fois le temps du deuil passé. "Il ne faut pas que ça se reproduise avec d'autres enfants", a expliqué Mourad Houas.

Les premiers éléments de l'enquête montrent une série de défaillances dans l'encadrement. Selon le procureur, le moniteur, un stagiaire de 19 ans qui préparait son brevet d'Etat, aurait dû être supervisé par son maître de stage, le groupe n'aurait dû compter que huit personnes au lieu de onze, et une reconnaissance de la rivière aurait dû être effectuée. Les éducateurs de la colonie auraient également dû fournir les attestations relatives à la capacité de nage des enfants. Sur ce dernier point, la mairie d'Etampes, qui organisait cette colonie, a assuré que tout avait été fait dans les règles.

Pour les professionnels, la vraie responsable du drame est la barre de fer sous laquelle Anissa est restée coincée. Selon le procureur, elle pourrait provenir de "la destruction d'un pont routier" il y a plus de 30 ans. Sa présence est d'autant plus déroutante que les Championnats de France de canoë s'étaient déroulés au même endroit au mois de juillet. "Pendant une semaine, tous les jours une équipe descendait pour sécuriser les lieux, mais aucune barre de fer n'avait été signalée", a assuré Michel Baudry, le président du comité des Hautes-Alpes de la Fédération française de canoë.

> La mère d’Anissa témoigne sur Europe 1

> Les enfants de la colonie racontent