Le comédien Olivier Sauton rattrapé par d'anciens tweets antisémites

  • A
  • A
Le comédien Olivier Sauton rattrapé par d'anciens tweets antisémites
Les tweets antisémites datent de 2012 et 2013@ DAMIEN MEYER / AFP
Partagez sur :

Le comédien Olivier Sauton s'est dit "anéanti" alors qu'il est rattrapé par d'anciens tweets antisémites. 

Il assure avoir "honte" et présente ses "excuses" pour ses tweets antisémites. Le comédien Olivier Sauton est rattrapé depuis quelques jours par des publications racistes, postées sur Twitter en 2012 et 2013. Dans l'un de ces tweets, l'acteur qui est à l'affiche de "Fabrice Luchini et moi" au Théâtre La Bruyère, disait : "Je préviens tous mes amis juifs : en cas de déportation, EVIDEMMENT je vous mettrais en 1ère classe. J'ai trop le respect de vos habitudes." 

"J'ai honte". "Malheureusement, ces tweets sont bien de moi", a indiqué à l'AFP le comédien. "Je suis anéanti, j'ai honte. Je n'ai jamais eu une pensée antisémite", expliquant "à l'époque ce qui me plaisait bêtement, c'était d'enfreindre l'interdit et jouer avec des sujets sensibles". Pendant cette période, Olivier Sauton fréquentait Dieudonné et Alain Soral, avec qui il avait coécrit le film L'antisémite. 





"Olivier Sauton aura du mal à faire son "Mehdi Melkat" et à plaider sa "part d'ombre", son "double maléfique", pour justifier l'injustifiable", a commenté la Licra (Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme) dans un communiqué. 

Selon le comédien, ces tweets remontent à une période où il n'avait aucun succès, était "amer, aigri et cherchait une figure". "Ma plus grande fierté de ces dernières années c'est d'être sorti de ce marécage, de cette boue, où je n'avais rien à faire, dans laquelle je m'étais perdu", dit-il aujourd'hui.

La direction du théâtre stupéfaite. "Je m'étais dit que d'aller sur des sujets comme ça, explosifs, c'était une façon d'exister. Et quand je me suis rendu compte que je n'aimais pas du tout celui que je devenais, j'ai pris mes cliques et mes claques et je suis parti", ajoute-t-il. Il évoque "une dizaine de tweets" sur 6.700 publiés au total. "La seule personne que je n'excuse pas c'est moi, je m'excuse auprès des gens qui ont été offensés, je les comprends tout à fait", ajoute-t-il.

Sur son site internet, le théâtre La Bruyère où le comédien joue en ce moment, a assuré avoir appris "avec stupéfaction" l'existence de ces tweets. "Ces prises de position choquantes (...) sont radicalement incompatibles avec nos valeurs et celle du théâtre que nous défendons", poursuit la direction qui "fera savoir dans les prochaines 48 heures les suites qu'elle entend donner à cette affaire".