"Le chômage pour tous de Macron, c'est la version 'light' du revenu universel de Hamon"

  • A
  • A
Partagez sur :

La réforme de l'assurance chômage sera présentée mercredi. Emmanuel Macron a promis d'ouvrir les droits au chômage aux travailleurs indépendants et salariés démissionnaires.

L'AVIS DE

Après le code du travail et la fiscalité, le troisième gros chantier du gouvernement arrive. La réforme de l'assurance chômage sera présentée mercredi. Le premier changement va intervenir dès le 1er novembre. Jusque là, un chômeur avait droit à deux ans d'indemnités jusqu'à ses 50 ans, âge à partir duquel la période d'indemnisation passait à trois ans. Désormais, il faudra attendre l'âge de 55 ans pour bénéficier de ces trois années d'indemnisation.

Le chômage pour tous, "un tsunami". Mais Emmanuel Macron prépare un "tsunami" en matière d'assurance chômage, explique Axel de Tarlé, éditorialiste économie, dans l'émission Rien ne s'oppose à midi sur Europe 1. Ce tsunami, c'est le droit au chômage pour tous. Notamment pour les travailleurs indépendants (professions libérales, auto-entrepreneurs...) qui ne bénéficient pas du chômage en cas de perte d'emploi. Et la raison est évidente, puisqu'ils "ne cotisent pas". Le problème est donc de savoir comment financer cette réforme. À l'heure actuelle, "ce n'est pas clair".

Le droit aux indemnités chômage va également être ouvert aux salariés démissionnaires car, selon Emmanuel Macron, le fait de ne pas bénéficier du chômage lorsque l'on décide de démissionner peut être un véritable frein pour un salarié qui voudrait changer d'emploi. Là aussi, une question se pose, celle de l'abus. Lors de son interview télévisée mi-octobre, le chef de l'Etat a notamment expliqué qu'un salarié démissionnaire devra justifier d'un projet professionnel pour la suite de sa carrière s'il souhaite bénéficier du chômage.

"La version 'light' du revenu universel de Benoît Hamon." Cette philosophie de chômage pour tous signifie que, dans la société actuelle, l'emploi à vie, "c'est fini". L'Etat veut donc aider les salariés à franchir "cette période délicate entre deux boulots". Et "avec ce chômage universel, on n'est pas loin de la fameuse philosophie de Benoît Hamon du revenu universel", analyse Axel de Tarlé avant de conclure : "Le chômage pour tous, c'est la version 'light' du revenu universel de Benoît Hamon."