Le cargo Modern Express sorti de la zone française, en approche de Bilbao

  • A
  • A
Le cargo Modern Express sorti de la zone française, en approche de Bilbao
Le cargo menaçait de s'échouer sur les côtes françaises.@ Handout / MARINE NATIONALE / AFP
Partagez sur :

Le Modern Express, remorqué depuis lundi, devrait arriver mardi soir ou mercredi matin dans son port de refuge, Bilbao, en Espagne. 

Le cargo Modern Express, remorqué vers Bilbao en Espagne, son port de refuge, était "sorti de la zone exclusive économique française", mardi matin. Il se trouvait à une cinquantaine de kilomètres du port du Pays basque espagnol vers 9 heures, a indiqué la préfecture maritime Atlantique.

Une météo favorable. Le cargo armé par le Sud-Coréen Cido Shipping et pris en remorque lundi à la mi-journée par le Centaurus "est sorti dans la nuit de la zone économique exclusive française et se trouvait à 8 heures (heure locale) à 56 kilomètres au nord-est de Bilbao", a-t-on précisé à la préfecture maritime. "Il progresse à 3 nœuds (5,5 km/h), et le remorquage jusqu'ici s'est déroulé sans problème, avec une météo favorable et des vents de 10 à 15 nœuds (20 à 30 km/h) et une houle stabilisée autour de 2,5 mètres", selon les autorités maritimes françaises.

Une arrivée mercredi ? Pour l'instant, "les conditions de mer sont tout à fait bonnes et il est possible que les autorités espagnoles l'accueillent dès ce (mardi) soir dans le port de Bilbao mais plus probablement demain (mercredi) matin", à la lumière du jour, pour optimiser les chances de succès de l'approche dans le port espagnol, a-t-on expliqué de même source.

L'Espagne prend le relais. La préfecture maritime Atlantique précise également que le remorquage est sous la responsabilité des autorités maritimes espagnoles et que "s'il y avait un problème, il serait pris en charge par ces mêmes autorités espagnoles". Au total, cinq navires étaient engagés dans la délicate opération : la frégate de lutte anti-sous-marine Primauguet, avec à son bord un hélicoptère Lynx qui a hélitreuillé les spécialistes de Smit Salvage, deux remorqueurs espagnols, le remorqueur français L'Abeille Bourbon, affrété par la Marine nationale, ainsi qu'un bâtiment de dépollution.