Le Carême devient tendance

  • A
  • A
Le Carême devient tendance
Pendant 40 jours, les catholiques effectueront deux prières quotidiennes@ REUTERS
Partagez sur :

Cette pratique revient en force chez les croyants, à la grande surprise de l’Eglise catholique.

C’est la nouvelle tendance du moment. Après avoir délaissé la religion catholique, de nombreux croyants choisissent de suivre le carême. Pendant 40 jours, ils effectueront deux prières quotidiennes, mangeront du poisson le vendredi et suivront un jeûne strict le mercredi des cendres et le vendredi saint.

Depuis deux ans, c’est devenu un rendez-vous incontournable pour Victoria. Cette salariée d’une école de commerce est même devenue une véritable "accro ".

"J’ai acheté un petit livret ‘le carême pour les cancres’ ", raconte la jeune femme au micro d’Europe 1. "Le reste de l’année j’ai vraiment du mal à prier tous les jours et le carême, justement pour moi c’est peut-être plus simple. Avant je ne savais pas trop ce que c’était que le carême. Je ne le faisais pas parce que je ne savais pas ce que ça représentait jusqu’au jour où je me suis réveillée. Je venais de finir mes études et je me suis dit qu’il n’y avait pas que se faire plaisir, sortir. Je me suis dit qu’il y a autre chose de plus profond. Il y a quelque chose qui me manque et maintenant c’est devenu de plus en plus fort finalement".

"Il y a autre chose de plus profond" :

Pourtant, l’Eglise n’a rien fait pour susciter ce regain d’intérêt. Première surprise, elle essaye cependant de surfer sur cet engouement car la plupart du temps, il s’agit de démarches personnelles ou d’initiatives de petites paroisses. L’Eglise s’aperçoit que les tours opérateurs multiplient les séjours dans le désert, les retraites clef en main. C'est le cas du site tourisme-autrement.com ou vacances-chrétiennes.com. Chaque semaine, des sites, des blogs dédiés au carême se créent sur la toile.

"Ça nous dépasse complètement"

Retraite dans la ville est un site internet créé par les frères dominicains de Lille. Au départ, il s’agissait juste de mettre en ligne les textes liturgiques chaque jour de carême. Mais l’an dernier, le succès est plus qu’au rendez-vous avec 700.000 connexions et 40.000 inscrits assidus. Le phénomène a complètement dépassé le frère Laurent.

"L’an dernier on a eu le retour d’une dame qui nous a dit ‘j’ai reçu chaque jour les mails. Je les ai fait partager à mon mari. Et puis à la fin du Carême mon mari a demandé le baptême. Alors là on se dit c’est fantastique. Ça nous dépasse complètement parce qu’on n’a pas prévu ça du tout. Il y a certainement des tas d’histoires comme ça, d’anonymes dont on n’aura jamais la connaissance. Tant mieux, c’est génial ! ", se réjouît-il.

Un besoin de repères spirituels

Comment expliquer ce regain de foi ? Crise économique, politique, sociale etc. tous disent qu’ils ont besoin de repères spirituels, de temps, ce que leur offre le carême. Pour Monseigneur Bernard Potdevin, porte-parole des évêques de France, le carême est un réceptacle.

"Les catholiques sont décomplexés. Pendant tout un temps, les catholiques avaient leurs pratiques qui étaient très enfouies, d’une grande discrétion", analyse Mgr Potdevin."On est dans une société qui est tellement speed, une société superficielle. Les gens en ont marre. Il y a saturation. Les grandes idéologies les ont déçus. Le carême, c’est 40 jours pour prendre du recul. On est peut-être moins pratiquant dans la pratique habituelle mais je suis frappé de voir que des gens qui se sont éloignés de la foi chrétienne veulent vivre quelque chose pendant le carême ".

L'an dernier, près de 10 % des catholiques qui s’étaient détournés de la religion avaient choisi de faire le carême selon les chiffres de la conférence des évêques de France.