"Le 17 ne doit être composé qu'en cas d'urgence absolue"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Auteur de "Allô la police", le brigadier Matthieu Kondryszyn recense les perles parmi les appels passés au numéro d'urgence, et donne quelques consignes pour faire gagner du temps aux secours. 

Seulement 45% des appels au 17 concernent de véritables situation d'urgence, a rappelé Matthieu Kondryszyn, brigadier à la préfecture de police de Paris et invité d'Europe 1, jeudi. Il est l'auteur de Allô la police ? (Ed. Cherche Midi), une compilation des appels les plus loufoques reçus par ses collègues et lui-même.

"On a énormément d'appels". Son anecdote préférée ? "Une dame, qui me dit 'mon mari veut se suicider, il veut passer par la fenêtre !' Je lui demande à quel étage elle habite, elle me répond 'au rez de chaussée.'" Comment réagir à ces appels ? "On leur explique la démarche à suivre, et puis on passe au suivant, on a énormément d'appels", explique le brigadier.

Préciser le "problème". "Les gens appellent souvent pour 'un problème', mais pour nous, 'un problème', ça ne veut rien dire", souligne Matthieu Kondryszyn. Un exemple avec l'appel de cette dame, "Allo police secours, dépêchez vous !" Et sa réponse lorsqu'on lui demande ce qui se passe et où elle se trouve : "Je n'ai pas le temps de vous le dire, dépêchez-vous !"

Des canulars. Le 17 ne doit être composé qu'en cas d'urgence absolue, rappelle le brigadier. "Il nous faut un minimum d'éléments pour intervenir : une adresse, ce qui se passe vraiment, est-ce qu'il y a des blessés", poursuit-il. Au cours de sa carrière, Matthieu Kondryszyn a connu de nombreux farceurs, qui appellent "pour commander des nuggets". Si leurs appels sont trop fréquents, la police peut déposer plainte contre eux.

"On a peut-être piraté mon téléphone !" Dans d'autres cas, les requérants n'ont pas conscience du caractère loufoque de leur requête. Quelques jours après les attentats de Charlie Hebdo, en janvier 2015, une dame compose le 17, paniquée : "J'ai un smartphone et depuis le 31 décembre, il affiche "minuterie à régler", on a peut-être piraté mon téléphone", s'inquiète-t-elle. Et de préciser "Avec tout ce qui se passe, il peut péter d'un moment à l'autre !"