L'attaque d'une militaire par Ziyed B. à l'aéroport d'Orly filmée par une caméra de vidéosurveillance

  • A
  • A
L'attaque d'une militaire par Ziyed B. à l'aéroport d'Orly filmée par une caméra de vidéosurveillance
Une caméra de l'aéroport d'Orly a filmé l'ensemble de l'attaque.@ Capture d'écran Youtube
Partagez sur :

L'agression d'une militaire de l'opération Sentinelle à l'aéroport francilien samedi a été filmée par une caméra de vidéosurveillance.

Une caméra de vidéosurveillance a enregistré l'agression d'une militaire par Ziyed B., samedi matin, à Orly. Les images de la prise d'otage ont été diffusées lundi sur plusieurs sites, comme sur celui de la BBC. Cette vidéo permet d'en apprendre plus sur le déroulé de l'attaque. 

Quelques secondes de réaction. Les images montrent d'abord Ziyed B., de dos, jeter un sac qui contient un bidon d’hydrocarbures au sol avant de se diriger vers la militaire qui lui tourne le dos. Il va l'attraper par le cou et la menacer en lui posant son revolver sur la tempe. L'homme recule en tenant fermement la policière, son bras droit sous le cou, l'arme toujours sur la tempe. Pendant plusieurs secondes, personne autour ne semble réagir, y compris le collègue qui patrouille avec la jeune femme. Ce dernier finit par le mettre en joue quelques secondes plus tard.

L'assaillant avance ensuite dans le hall de l'aéroport, désormais vidé, toujours en tenant la militaire. Le troisième militaire de la patrouille Sentinelle apparaît à l'écran et met également en joue l'homme armé. Les deux soldats avancent vers Ziyed B. Selon le procureur de la République de Paris, François Molins, l'assaillant s'est alors adressé aux deux militaires : "Posez vos armes ! Mains sur la tête ! Je suis là pour mourir par Allah, il va y avoir des morts de toute façon !", leur a-t-il enjoint.

Trois minutes. Après plusieurs secondes de duel acharné, Ziyed B. plaque au sol la militaire pour s'emparer de son fusil Famas. La jeune femme résiste mais l'homme parvient à se saisir de son arme. Les deux militaires de la patrouille font alors feu sur l'assaillant, tirant à plusieurs reprises. La troisième balle lui est fatale. La scène dans son ensemble dure seulement trois minutes.