L'air des écoles "satisfaisant" malgré des points d'inquiétude

  • A
  • A
L'air des écoles "satisfaisant" malgré des points d'inquiétude
Les écoliers ne sont pas sujets à davantage de particules fines que les autres citoyens, selon une étude. Photo d'illustration.@ PASCAL PAVANI / AFP
Partagez sur :

Une étude menée auprès de 301 écoles primaires et maternelles de 31 départements montre que "la qualité de l'air dans les écoles françaises est globalement satisfaisante".

Particules fines et résidus chimiques dans l'air, plomb dans les peintures : les écoles ne sont pas plus polluées que les logements mais certaines substances doivent faire l'objet d'une "vigilance" particulière, selon une étude publiée lundi.

La qualité de l'air "primordiale". Après le logement, l'école est le deuxième lieu le plus fréquenté par les enfants, plus sensibles aux pollutions de l'environnement en raison de leur système immunitaire et respiratoire en développement. Une bonne qualité de l'air dans les établissements scolaires est donc "primordiale", insiste l'Observatoire de la qualité de l'air intérieur (OQAI) qui a présenté lundi les résultats d'une campagne de mesures réalisée de 2013 à 2017.

Des "valeurs limites" jamais dépassées, sauf pour le plomb. "Il y a un lien entre la qualité des environnements et la santé, le bien-être et l'apprentissage" des enfants, a commenté Claire Dassonville, coordinatrice de cette campagne pour le Conseil scientifique et technique des bâtiments. Les prélèvements de divers polluants réalisés dans 301 écoles primaires et maternelles de 31 départements "montrent que la qualité de l'air dans les écoles françaises est globalement satisfaisante". Et les "valeurs limites nécessitant des investigations complémentaires et des travaux ne sont jamais dépassées, sauf pour le plomb", selon l'OQAI.

Quatre "points de vigilance". Malgré tout, quatre "points de vigilance" ont été identifiés : particules fines, composés organiques semi-volatiles (COSV), confinement, et plomb dans les peintures. Ainsi, dans 93% des salles de classe, la concentration en particules fines PM2,5 (diamètre inférieur à 2,5 microns) venant de l'air extérieur pollué notamment par le trafic routier, dépasse la valeur guide de 10 microgrammes/m3 proposée par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).