La sociologue Évelyne Sullerot, cofondatrice du planning familial, est morte

  • A
  • A
La sociologue Évelyne Sullerot, cofondatrice du planning familial, est morte
Évelyne Sullerot avait été décorée par le président Jacques Chirac.@ PATRICK KOVARIK / AFP
Partagez sur :

Militante féministe et cofondatrice du Planning familial, la sociologue Évelyne Sullerot est morte vendredi des suites d'un cancer. Elle avait 92 ans.

Évelyne Sullerot, militante féministe, sociologue et cofondatrice du Planning familial, est morte vendredi à l'âge de 92 ans, rapporte l'AFP, confirmant une information de Libération. Elle "est décédée à Paris le 31 mars 2017 des suites d'un cancer", précise un communiqué des éditions de L'Archipel, qui publie mercredi ses mémoires.

Elle venait d'achever un livre. Évelyne Sullerot, qui était née en 1924 à Montrouge, en région parisienne, a écrit plus de vingt livres parmi lesquels La presse féminine, Les Françaises au travail ou encore Quels pères ? Quels fils ?. Elle venait d'achever L'Insoumise. Femmes, famille : les combats d'une vie, a révélé son éditeur. Il s'agit d'un ouvrage où elle revient sur l'ensemble de ses combats, qu'elle a coécrit avec Bernard Molino, journaliste au Magazine littéraire.

"Ses combats doivent continuer de nous inspirer". Pascale Boistard, ancienne secrétaire d'État aux Droits des femmes, désormais chargée des Personnes âgées, a réagi sur Twitter : "Évelyne Sullerot nous a quittés. Figure du féminisme, cofondatrice du Planning, ses combats doivent continuer de nous inspirer."



"Une éveilleuse". Évelyne Sullerot se définissait elle-même comme "une éveilleuse". Dans les années d'après-guerre, alors jeune mère et professeur, elle s'interrogeait sur les freins empêchant les femmes d'accéder à davantage d'autonomie et de pouvoir au sein du couple et de la société. "La volonté d'aider les femmes pour leur permettre d'avoir une vie plus épanouie tout en responsabilisant les hommes, les pères", a été le fil conducteur de sa vie, rappelle L'Archipel.

Cofondatrice du Planning familial. En 1956, Évelyne Sullerot fondait avec la gynécologue Marie-Andrée Lagroua Waill-Hallé et le médecin Pierre Simon, l'association Maternité heureuse, pour promouvoir le contrôle des naissances, devenu le Mouvement français pour le Planning familial en 1960. "Elle a mené un grand combat pour l'accès à la contraception et la planification familiale", a salué auprès de l'AFP Véronique Séhier, coprésidente du Planning familial. "Devenue sociologue, elle portera son énergie sur les questions du travail des femmes, de l'emploi, et de la formation professionnelle", écrit de son côté le Planning familial dans un communiqué. Plus éloignée de la cause féministe ces dernières années, Évelyne Sullerot s'est consacrée aux pères privés de leurs enfants, en se rapprochant notamment de l'association SOS Papa.