La peur des antennes-relais au cœur du "Grenelle des ondes"

  • A
  • A
La peur des antennes-relais au cœur du "Grenelle des ondes"
Partagez sur :

Le "Grenelle des ondes" entre mercredi dans le vif du sujet avec une première réunion de travail concernant la question la plus polémique, celle des antennes-relais.

Les antennes-relais sont-elles dangereuses pour la santé ? La question n'est pas encore tranchée, mais elle provoque déjà un vif débat. Lancé le 23 avril sous l'égide de la ministre de la Santé Roselyne Bachelot, la première réunion du "Grenelle des ondes" se tient mercredi. Elle vise à identifier les mesures à prendre pour répondre aux inquiétudes grandissantes de la population sur l'impact des ondes sur la santé.

Avec cette table ronde, le gouvernement souhaite surtout réduire la tension entre opérateurs de téléphonie mobile et écologistes car aucune réponse scientifique ne sera donnée avant le mois de septembre. Mais pour les associations Agir pour l'environnement et Priartém, les moyens mis en œuvre ne sont pas suffisants. Elles déplorent notamment que le collège n'ait pu faire appel qu'à deux experts et demandent une nouvelle session de dialogue en juin.

Les cas de particuliers se plaignant de maux de tête, de vertiges et de vomissements et accusant l'antenne placée à proximité de leur logement se multiplient. A trois reprises depuis février, les tribunaux ont obligé Bouygues Télécom, SFR et Orange à démonter leurs antennes ou à renoncer à leur installation. Lundi, le maire de Château-Thierry, dans l’Aisne a même décidé de fermer une école située à proximité d'un pylône édifié par Orange, en exigeant de cet opérateur un site alternatif.