La nuit de Noël s'est "bien passée", déclare Le Roux

  • A
  • A
La nuit de Noël s'est "bien passée", déclare Le Roux
Bruno Le Roux s'est félicité dimanche que les Français, samedi soir, aient "pu aller à leurs divers réveillons, aux cérémonies religieuses, sans qu'il y ait de problèmes".@ CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
Partagez sur :

Lors d'une visite dimanche matin, Bruno Le Roux a tenu à "remercier" les pompiers et les forces de l'ordre pour leur mobilisation au service des Français. 

La nuit de Noël s'est "bien passée", a estimé dimanche le ministre de l'Intérieur, Bruno Le Roux, après le déploiement de quelque 91.000 forces de l'ordre et la surveillance de 2.400 lieux de culte sur tout le territoire.

Au chevet de pompiers blessés. "Cette nuit de Noël s'est bien passée sur le territoire, les Français ont pu aller à leurs divers réveillons, aux cérémonies religieuses, sans qu'il y ait de problèmes", a assuré le ministre. Bruno Le Roux devait par ailleurs se rendre à la mi-journée au chevet de trois sapeurs-pompiers blessés après un accident de la route survenu samedi vers 20H30 à Boutigny-sur-Essonne dans l'Essonne, qui a fait un mort. Les pompiers se rendaient sur une intervention pour un feu de cheminée lorsqu'ils ont perdu le contrôle de leur véhicule pour une raison indéterminée. La victime, un pompier volontaire de 53 ans qui se trouvait sur un siège passager avant du véhicule, était père de trois enfants. "Aujourd'hui, nous avons des nouvelles rassurantes de ses trois collègues blessés", a précisé M. Le Roux.

"Pour les remercier". Le ministre s'est rendu dimanche matin dans ce département de la banlieue sud de Paris, dans une caserne de pompiers à Athis-Mons, une brigade de gendarmerie de Bondoufle, ainsi que dans un commissariat de Juvisy. "Le travail que font les policiers, les gendarmes, les sapeurs-pompiers, les services de sécurité civile, sont indissociables du sentiment qu'ont les Français qu'ils peuvent circuler en toute liberté. Ma venue ce matin, c'était pour les remercier", a commenté le ministre de l'Intérieur, qui s'est voulu être "toujours en situation de soutien".

Aussi une visite pour les policiers. Au commissariat de Juvisy, auquel appartiennent deux des quatre policiers blessés lors d'une violente attaque au cocktail Molotov mi-octobre à Viry-Châtillon par une dizaine d'individus, le ministre a affirmé que l'enquête progressait, malgré l'absence de mises en examen. Deux des quatre policiers avaient été très grièvement brûlés, dont l'un n'était sorti que mi-décembre de l'hôpital.