La Méditerranée "sur le chemin du burn out", prévient WWF

  • A
  • A
La Méditerranée "sur le chemin du burn out", prévient WWF
@ AFP
Partagez sur :

Exploration d'hydrocarbures et activités de forages essaiment dans toute la Méditerranée. Une croissance qui place la mer "sur le chemin du burn out", selon le PDG de WWF.

La Méditerranée est "sur le chemin du burn out". Elle connaît "un développement économique inédit" qui menace des écosystèmes "déjà dégradés" et des espèces en danger, avertit mardi l'organisation environnementale WWF-France.

Une situation alarmante. Cette mer semi-fermée, qui abrite entre 4% et 18% des espèces marines connues, réparties sur une surface couvrant moins de 1% des océans mondiaux, fait notamment face à un accroissement "sans précédent" de l'exploration pétrolière et gazière. Les contrats d'exploration pétrolière et gazière offshore "portent aujourd'hui sur plus de 20% de la mer Méditerranée et pourraient bientôt s'étendre au double de cette surface", estime le WWF dans un rapport. "C'est énorme, surtout lorsque l'on connaît les risques sismiques de la région", souligne Pascal Canfin, directeur général du WWF-France

4,6% des réserves planétaires. Les projets d'exploration d'hydrocarbures et les activités de forages essaiment dans toute la Méditerranée depuis plusieurs années. Selon l'ONG, "la production pétrolière en mer pourrait progresser de 60% entre 2010 et 2020 dans la région méditerranéenne, passant de 0,7 million de barils par jour à 1,12 Mbj". Les réserves méditerranéennes de pétrole représentent 4,6% des réserves planétaires, rappelle le rapport. Quant à la production gazière en mer, "elle pourrait être multipliée par cinq entre 2010 et 2030, passant de 55 millions de tonnes équivalent pétrole par an à 250 Mtep/an à l'échelle de la Méditerranée".

Selon l'ONG, outre l'exploration pétrolière et gazière, tous les secteurs traditionnels de l'économie maritime tels que le transport, le tourisme, l'aquaculture "se développent de manière exponentielle et devraient poursuivre leur croissance au cours des 20 prochaines années, à l'exception de la pêche professionnelle".