La maternité d'Orthez va fermer ses portes

  • A
  • A
La maternité d'Orthez va fermer ses portes
@ Capture d'écran France 3
Partagez sur :

FAITS DIVERS - Suite au décès d'une patiente, la maternité d'Orthez va fermer ses portes sur décision de l'Agence régionale de santé. 

Le décès d'une patiente lors d'un accouchement a eu raison de la maternité d'Orthez. L'Agence régionale de santé (ARS) d'Aquitaine a décidé jeudi de fermer l'établissement. Le 30 septembre dernier, une parturiente de 28 ans était décédée, suite à une césarienne qui a tourné au drame dans cette maternité des Pyrénées-Atlantique. Une anesthésiste-réanimatrice, soupçonnée d'avoir commis des erreurs médicales, a été mise en détention provisoire.

>> LIRE AUSSI - Drame d'Orthez : comment l'expliquer ? 

Un manque d'obstétriciens. La fermeture décidée est définitive en raison du déficit chronique d'obstétriciens. Faute d'obstétriciens, l'ARS ne peut autoriser la poursuite des accouchements à Orthez, a expliqué le directeur général de l'ARS, Michel Laforcade, lors d'une conférence de presse au Centre hospitalier d'Orthez dont dépend la maternité. 

Le sort de la maternité, confrontée à des difficultés récurrentes de recrutement, était suspendu à l'embauche de deux obstétriciens avant la date-butoir du 11 octobre. Or, "en tout et pour tout, nous avons reçu une offre à mi-temps", a précisé le responsable de l'ARS, pour qui "c'est un problème de démographie médicale lié au choix des obstétriciens qui ne souhaitent plus exercer que dans de grandes structures". "Les chiffres sont terribles, il y a 800 maternités sur 1.300 qui ont fermé de 1975 à 2010 en France et quinze en Aquitaine depuis 1995." 

Les activités de la maternité publique étaient déjà suspendues depuis le décès, fin septembre, d'une parturiente à la suite d'un accident d'anesthésie, mais la décision de l'ARS est l'aboutissement d'une procédure engagée bien avant ce drame. 

40 km de plus pour pouvoir accoucher. La maternité va être transformée en "centre périnatal de proximité". Il "va ouvrir dès la semaine prochaine" et "chaque femme pourra être suivie sur le site d'Orthez en pré-natal et en post-natal, quel que soit son lieu d'accouchement", a insisté Michel Laforcade. 

L'arrêt des accouchements à Orthez contraindra les femmes de la région désirant accoucher à se rendre à Pau ou à Dax, situées à environ 40 km, ou encore à Bayonne à 60 km pour accoucher. 

Les 35 personnes travaillant à la maternité seront, pour leur part, employées dans d'autres services du Centre hospitalier ou pourra bénéficier de mutations.

Une anesthésiste sous l'emprise de l'alcool. Le soir de l'accident, la médecin avait bu de la vodka ainsi que du rosé, elle a avoué "être à 70% de ses capacités". Lors de la césarienne, elle a commis plusieurs erreurs. Au lieu de se servir du respirateur du bloc opératoire, elle a utilisé à la place un ballon manuel pour ventiler sa patiente et elle a intubé les voies digestives au lieu des voies respiratoires. La jeune femme a été transféré à l'hôpital de Pau où elle est décédée.  

>> LIRE AUSSI - Anesthésistes-réanimateurs : profession en danger ?