La Manif pour tous à Macron : rouvrir le dossier de la PMA serait une "erreur majeure"

  • A
  • A
La Manif pour tous à Macron : rouvrir le dossier de la PMA serait une "erreur majeure"
La PMA sans père est "un détournement de la médecine", qui va "au-delà de l'humain", a déclaré Ludovine de la Rochère.@ JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP
Partagez sur :

Le mouvement anti-mariage gay, qui s'est beaucoup mobilisé contre la PMA pour toutes et la GPA, ne réfléchit toutefois pas pour l'heure à organiser de nouvelles manifestations.

Rouvrir le dossier de la procréation médicalement assistée (PMA) serait pour Emmanuel Macron une "erreur majeure", a averti mardi la Manif pour tous, après que le Comité d'éthique s'est dit favorable à son ouverture aux couples de femmes et aux femmes célibataires.

Cela "diviserait" les Français. Emmanuel Macron "s'est engagé à de multiples reprises à rassembler les Français. Or ce sujet les diviserait sensiblement, comme sous François Hollande", a déclaré à l'AFP la présidente du collectif, Ludovine de la Rochère, en référence aux débats houleux ayant entouré la loi de 2013 sur le mariage pour tous. "Ce serait une erreur majeure que de rouvrir ce sujet", a-t-elle prévenu.

Pas de manifestation prévue. La Manif pour tous, qui s'est beaucoup mobilisée contre la PMA pour toutes et la gestation pour autrui (GPA), soit le recours aux mères porteuses, ne réfléchit toutefois pas pour l'heure à organiser de nouvelles manifestations, comme contre le mariage pour tous. "On n'en est pas là", a déclaré Ludovine de la Rochère, bien que l'avis du Comité consultatif national d'éthique (CCNE) ait, selon elle, été rendu "sous pression politique".

La PMA "va au-delà de l'humain". La PMA sans père est "un détournement de la médecine", qui va "au-delà de l'humain" et "piétine les droits de l'enfant", a-t-elle estimé. Pendant la campagne présidentielle, Emmanuel Macron avait indiqué, dans un courrier aux associations LGBT (lesbiennes, gays, bis et trans), qu'il attendrait que le CCNE "ait rendu son avis (...), pour pouvoir construire un consensus le plus large possible", tout en se disant "favorable" à une loi ouvrant la PMA "aux couples de lesbiennes et aux femmes célibataires".