La grande distribution valide un fonds de soutien à la filière porcine

  • A
  • A
La grande distribution valide un fonds de soutien à la filière porcine
Ce fonds, transitoire, "couvrira des versements aux éleveurs pour une période de six mois".@ AFP
Partagez sur :

Les enseignes de la grande distribution ont annoncé leur accord pour participer à un fonds de solidarité de 100 millions d'euros en faveur des éleveurs porcins.

Vers un accord pour sauver le porc ? Les principales enseignes françaises de grande distribution se sont déclarées prêtes mardi à participer à un fonds de soutien de 100 millions d'euros en faveur des éleveurs porcins, a annoncé la fédération du secteur dans un communiqué. "Les enseignes membres de la FCD (Auchan, Carrefour, Casino, Cora, Lidl, Système U) annoncent leur accord pour participer à un fonds de solidarité de 100 millions d'euros en faveur des éleveurs porcins. Ce fonds, transitoire, couvrira des versements aux éleveurs pour une période de six mois", indique la Fédération du commerce et de la distribution (FCD).

Sa mise en oeuvre, qui a fait l'objet d'une validation préalable auprès de l'Autorité française de la concurrence, devra associer l'ensemble des acteurs de la chaîne agroalimentaire : distribution, abattage, charcuterie, restauration collective et commerciale, est-il précisé. "Un accord de toutes les parties prenantes devra être finalisé dans les prochains jours", indique la FCD.

En contrepartie l'arrêt des actions. La création de ce fonds avait été évoquée le 8 février par le Premier ministre Manuel Valls, à l'issue d'une réunion avec tous les acteurs agroalimentaires. Son montant n'avait alors pas été précisé. La grande distribution demande en contrepartie "l'arrêt immédiat de toutes les actions provoquant des dommages économiques à l'encontre des magasins et des entrepôts".

Les agriculteurs maintiennent la pression. Mardi, des agriculteurs maintenaient la pression pour réclamer de meilleurs prix d'achat pour leurs produits. Une centaine d'éleveurs a ainsi déversé du fumier devant la préfecture de Nogent-le-Rotrou, tandis que dans l'Ain, les plateformes de la grande distribution restaient toujours bloquées pour le troisième jour consécutif.