La Garde nationale sera dotée du fusil d'assaut Famas

  • A
  • A
La Garde nationale sera dotée du fusil d'assaut Famas
La Garde nationale sera équipée de fusils d'assaut Famas@ SEBASTIEN BOZON / AFP
Partagez sur :

Contrairement à l'armée qui sera équipée d'un fusil d'assaut allemand, la Garde nationale constituée de réservistes utilisera le fusil français.

Le fusil d'assaut français Famas équipera la Garde nationale, en cours de constitution après la vague d'attentats djihadistes ayant frappé la France, a annoncé jeudi à Tulle le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, alors que le Famas sera remplacé à partir de cette année dans l'armée française par un fusil allemand.

Un enjeu économique. "J'ai décidé que la Garde nationale, telle que l'a voulue le Président de la République, sera dotée du fusil Famas", a déclaré le ministre à l'occasion d'un déplacement à Tulle, sur le site de Nexter Mechanics, notamment en charge de l'entretien du fameux Famas (Fusil d'assaut de l'ex-Manufacture d'armes de Saint-Etienne).

Jean-Yves Le Drian s'est ainsi voulu rassurant devant la centaine de salariés du site industriel corrézien concernant la poursuite des activités d'entretien : "Il n'y a pas de raisons pour que cela s'arrête. Le remplacement des 117.000 fusils va s'étaler jusqu'en 2028", a-t-il précisé.

Un "clairon" trop cher et sophistiqué. Baptisé le "clairon", en raison de sa forme assez peu conventionnelle et utilisé par les troupes françaises pendant près de quarante ans, le Famas ne s'est quasiment jamais exporté. Trop cher, trop sophistiqué face à la simplicité à petit prix de la Kalachnikov, qui a conquis le monde.

La Garde nationale - qui rassemble les réservistes de la Défense et de l'Intérieur (gendarmerie et police) - a été créée en octobre 2016, en réponse aux attentats de Paris et Nice, afin de renforcer la défense du territoire et de répondre au besoin de cohésion nationale. Elle compte près de 65.000 réservistes.

Un fusil allemand pour l'armée. Dans l'armée, le Famas, conçu au début des années 70 et fabriqué pendant trois décennies à Saint-Etienne, sera remplacé par un fusil d'assaut allemand, le HK-416, fabriqué par le groupement Heckler et Koch. Selon le ministère de la Défense, il n'existait plus en France d'entreprise française capable de produire ce type d'armement, la Manufacture d'armes de Saint-Etienne, un temps reprise par l'établissement public Giat industries, ayant définitivement fermé en 2001.