La France de moins en moins bien servie en médecins

  • A
  • A
La France de moins en moins bien servie en médecins
Partagez sur :

L’Ordre des médecins a constaté en 2008 un recul de la densité des docteurs dans toutes les régions, sans exception.

La France toujours en manque de médecins… La densité de thérapeutes a de nouveau reculé en France en 2008, dans l'ensemble des régions de métropole, selon l'Atlas de la démographie médicale publié mardi par l'Ordre des médecins.

Au 1er janvier 2009, la densité des médecins en activité en France métropolitaine s'est établie à 290,3 médecins contre 300,2 l'année précédente. Si l'on tient compte des médecins remplaçants, la densité a baissé de 322 à 312 en un an. Le nombre de médecins actifs a continué d'augmenter, à 216.017. Et en ne tenant compte que de ceux ayant une activité "régulière", "il baisse pour la première fois, de 2%", à 199.736 médecins, selon le président du Conseil national de l'Ordre des médecins (Cnom), Michel Legmann.

"Ce n'est pas d'hier que le Conseil national de l'Ordre des médecins (Cnom) alerte les pouvoirs publics afin que le numerus clausus - qui fixe annuellement le nombre d'étudiants admis en deuxième année de médecine - ne stagne pas à 3.500 médecins formés par an", déplore l'Ordre. Malgré un relèvement ces dernières années, "ce n'est que d'ici 12 ans que sortiront les médecins issus du numerus à 7.500", regrette le Cnom, qui pointe parallèlement "le vieillissement du corps médical".

"L'ensemble des régions de la France métropolitaine accuse une baisse de la densité". Même si de fortes disparités régionales se font sentir dans la répartition des praticiens. La Picardie garde la tête des régions les moins bien loties, avec 238 médecins pour 100.000 habitants, suivie par le Centre et la Haute-Normandie. A l'inverse, Provence-Alpes-Côte-d'Azur (375), Ile-de-France et Languedoc-Roussillon concentrent toujours le plus de médecins.