La fille du "corbeau" : mon père est victime de sa maladie

  • A
  • A
La fille du "corbeau" : mon père est victime de sa maladie
Partagez sur :

EXCLUSIF - Pour la 1ère fois, la fille de celui qui a reconnu avoir envoyé des lettres de menaces aux politiques s’exprime sur Europe 1.

Angélique Jérôme, la fille de l'homme soupçonné d'être le "corbeau" qui envoyait des lettres de menaces, avec des balles, à des hommes politiques, a accepté de parler de l'affaire avec Marc-Olivier Fogiel sur Europe 1. Elle n'est pour l'heure, entrée en contact avec son père que par courrier. Arrêté fin septembre dans le petit village de l'Hérault où il vit, il reconnaît implicitement les faits dans ses lettres, dit-elle. Il "nous demande pardon", tout en restant "très vague".

Rien dans le quotidien ne laissait soupçonner qu'il était le mystérieux "Cellule 34" qui signait ces lettres, assure-t-elle. "Cela a été vraiment le gros choc. Puisqu'on suivait les actualités comme tout le monde de 20h à 20h30. On voyait l’affaire, mais bon... Vraiment, il restait impassible", raconte-elle.

Les raisons qui ont poussé Thierry Jérôme à envoyer ces lettres sont, selon sa fille, dues à une maladie qu'elle n 'a pas voulue nommer. Elle raconte juste le calvaire d'un mal qui pendant près de 10 ans n'a pas eu de nom. "Les médecins se le passaient comme cobaye. Ils le pensaient fou." Douleurs articulaires et troubles nerveux sont le quotidien de cet homme de 51 ans, ancien mécano, reconnu aujourd'hui comme invalide. Au quotidien, selon Angélique, sa mère doit couper les aliments de son père, le faire marcher sans cesse pour faire travailler ses muscles de peur qu'il ne finisse en fauteuil roulant.

Mon père n'avait "vraiment pas" une personnalité violente, témoigne Angélique Jérôme. "Au contraire, il était plutôt calme", dit-elle, sûre qu'en dépit des menaces de mort proférées dans les lettres, "il ne serait jamais passé à l'acte". Elle reproche au milieu médical une nonchalance coupable : "quand on est sous un traitement qui dit explicitement 'risque de dédoublement de personnalité, schizophrénie'... Il aurait dû y avoir un suivi déjà à la base".

Voici l'intégralité de l'interview :

Angélique Jérôme a déposé une demande de remise en liberté. "J’espère juste qu’il va sortir très vite. Qu’ils vont se rendre compte que c’est un homme tout à fait normal". Elle ajoute : "Je lui pardonne. Il faut qu'il avance". Elle a demandé que les futures audiences soient publiques afin de rétablir l'image de son père. Elle demande aussi "pardon aux hommes politiques" pour ce qu'il a fait.