La concertation sur l'apprentissage tourne au vinaigre

  • A
  • A
La concertation sur l'apprentissage tourne au vinaigre
Le gouvernement doit présenter au printemps un projet de loi réformant l'apprentissage.@ Ludovic MARIN / AFP
Partagez sur :

Les régions et les syndicats, acteurs majeurs de l'apprentissage, ne s'y retrouvent pas dans les discussions lancées par lke gouvernement.

Menaces des régions, impatience des syndicats : la tension monte dans les concertations pour réformer l'apprentissage. Inquiètes à l'idée de perdre leur influence dans le secteur de l'apprentissage, les régions ont décidé mercredi de quitter les concertations et de suspendre leurs projets d'investissement dans les centres de formation d'apprentis (CFA). Elles souhaitent rencontrer d'urgence le Premier ministre, Edouard Philippe.

Des rencontres qui tournent à la "réunionite". De leur côté, les syndicats de salariés dénoncent des rencontres qui tournent à la "réunionite". Le gouvernement a mis en place quatre groupes de travail dirigés par France Stratégie pour faire des propositions, auxquels sont conviés des représentants du gouvernement, des organisations syndicales et patronales, les régions de France et d'autres acteurs du milieu. Une nouvelle rencontre en séance plénière est prévue vendredi pour faire un point d'étape. Mais certains, comme la CGT, s'interrogent sur l'intérêt de ces discussions sachant que les orientations du gouvernement - la volonté de fusionner le contrat d'apprentissage et de professionnalisation, ou encore de financer les CFA par contrat - ont, selon eux, déjà fuité.

Certains s'interrogent sur l'intérêt des discussions. Le gouvernement a mis en place quatre groupes de travail dirigés par France Stratégie pour faire des propositions, auxquels sont conviés des représentants du gouvernement, des organisations syndicales et patronales, les régions de France et d'autres acteurs du milieu. Une nouvelle rencontre en séance plénière est prévue vendredi pour faire un point d'étape.